L’Alberta s’entend avec Ottawa sur le programme national de garderies

Jason Kenney a indiqué qu’en vertu de l’entente, tous les types de garderies agréées seront admissibles aux subventions, jusqu’à la maternelle.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne (Archives) Jason Kenney a indiqué qu’en vertu de l’entente, tous les types de garderies agréées seront admissibles aux subventions, jusqu’à la maternelle.

L’Alberta est devenue lundi la plus récente province à adhérer au programme fédéral universel de garderies à 10 $ par jour.

Le premier ministre Justin Trudeau et son homologue de l’Alberta, Jason Kenney, en ont fait l’annonce lundi à Edmonton.

L’accord prévoit un financement fédéral de 3,8 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Les tarifs de garde en Alberta doivent être réduits de moitié d’ici l’année prochaine et ramenés à une moyenne de 10 $ par jour d’ici 2026.

M. Kenney a indiqué qu’en vertu de l’entente, tous les types de garderies agréées seront admissibles aux subventions, jusqu’à la maternelle. Le choix par les parents du type de services de garde avait été en effet un point de friction dans les négociations entre Ottawa et l’Alberta.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau avait annoncé au printemps dernier un plan quinquennal de 30 milliards pour établir des partenariats avec les provinces, les territoires et les communautés autochtones. Ce programme vise à offrir des services de garde universels, pierre angulaire d’une initiative visant à aider les familles et l’économie.

Ententes différentes

Une poignée de provinces et de territoires, dont l’Ontario, n’ont toujours pas signé d’entente avec Ottawa.

Le Québec, qui dispose déjà de son propre système de garderies subventionnées, a obtenu d’Ottawa l’été dernier un transfert fédéral de 6 milliards de dollars sur cinq ans pour améliorer son réseau.

M. Kenney a admis lundi qu’il aurait aimé obtenir « la même flexibilité » que le Québec a obtenue, dans une entente asymétrique, sans condition.

« Le choix, pour l’Alberta, en bout de ligne, était de laisser presque 4 milliards de dollars sur la table, ou prendre cet argent qui appartient aux contribuables albertains », a-t-il expliqué lundi matin en conférence de presse. « Mais je crois que, comme souvent, nous voyons une fédération à deux vitesses, et ça, c’est une des raisons pour l’inquiétude des Albertains en ce qui concerne la fédération », a soutenu M. Kenney.

M. Trudeau a ensuite expliqué qu’il ne s’agissait pas d’une question de favoritisme : « le Québec a déjà des places en garderies à 8,50 $ », a-t-il dit. « Ce n’est pas une question de Constitution ou de fédération à deux vitesses : c’est une question de cibles qu’on veut atteindre pour les familles. »

À voir en vidéo