Un vélo fantôme installé à la mémoire du cycliste mort

Andrea Rovere, originaire d’Italie et au Québec depuis 2015, a été happé fatalement le 27 septembre dernier alors qu’il descendait en direction sud l’avenue du Parc.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Andrea Rovere, originaire d’Italie et au Québec depuis 2015, a été happé fatalement le 27 septembre dernier alors qu’il descendait en direction sud l’avenue du Parc.

Un vélo blanc a été installé dimanche matin pour honorer la mémoire d’Andrea Rovere, percuté mortellement par un camion lundi dernier. Plus de 300 personnes étaient sur place selon les organisateurs, à l’angle des avenues du Parc et du Mont-Royal, pour rendre hommage à cet homme de 31 ans.

Une plaque commémorative a aussi été placée à proximité des lieux du drame. « À la mémoire de cette personne, nous érigeons un symbole pour susciter une réflexion sur les dangers des véhicules motorisés et des infrastructures déficientes, tout en commémorant la vie de la victime », avait lancé en guise d’invitation le regroupement Vélo fantôme.

Le cycliste originaire d’Italie et au Québec depuis 2015 a été happé fatalement le 27 septembre dernier alors qu’il descendait l’avenue du Parc en direction sud. Le camion circulait dans la même direction, mais le conducteur a entamé un virage à droite vers l’avenue du Mont-Royal au moment où le cycliste traversait cette même intersection.

Ce chauffeur a ensuite pris la fuite, mais il a été arrêté peu de temps après à Outremont pour délit de fuite ayant causé la mort. Il a d’ailleurs comparu mardi au palais de justice de Montréal, avait indiqué un porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) au Devoir.

M. Rovere effectuait des travaux postdoctoraux à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS). Son décès tragique « laisse un grand vide dans la communauté » a indiqué la semaine dernière cet établissement.

« Nous sommes fortement ébranlés. Son décès est une perte inestimable pour la communauté de l’INRS et pour mon groupe, car nous avions tissé de forts liens, sur le plan tant personnel que professionnel. Un avenir fructueux l’attendait », avait aussi ajouté le professeur Luca Razzari, qui a supervisé le chercheur.

Grâce à une retransmission en direct de la commémoration, la famille de M. Rovere a pu y assister de l’Italie, et sa conjointe de l’Équateur, a indiqué Vélo fantôme. Dans les prochains jours, son corps sera rapatrié dans son pays natal, où des funérailles auront lieu. Une collecte de fonds pour financer ce rapatriement a permis d’amasser plus de 47 000 $.

Une intersection connue et dangereuse

Cet endroit est connu des cyclistes pour les risques qu’il engendre. « Ça fait 20 ans qu’on parle de la réfection de l’intersection Du Parc et Camillien-Houde, deux rues trop larges qui engendrent vitesse et collisions au cœur de la ville. Encore un cycliste victime dans ce secteur. On attend quoi pour agir ? » a d’ailleurs réagi lundi Suzanne Lareau, l’ex-p.-d.g. de Vélo Québec.

Son remplaçant à la tête de cet organisme, Jean-François Rheault a lui aussi écrit sur Twitter que « ces collisions mortelles peuvent être évitées » et que « l’inaction » est injustifiable.

« Installer un nouveau vélo blanc sur Parc est particulièrement émotif pour nous. Aujourd’hui, l’avenue est toujours aussi dangereuse, et Andrea l’a payé de sa vie. Cette violence routière est inacceptable », a indiqué par communiqué dimanche Séverine Le Page, porte-parole de Vélo fantôme. Le regroupement avait déjà fait le même geste il y a huit ans, après la mort d’un autre cycliste.

À la suite de ce drame, les partis municipaux en campagne ont annoncé cette semaine des améliorations pour rendre l’endroit plus sécuritaire. Projet Montréal promet de prolonger la piste cyclable protégée du chemin de la Côte Sainte-Catherine jusqu’au parc du Mont-Royal et au parc Jeanne-Mance. Le maire d’Outremont, Philipe Tomlinson, a également pris mardi « l’engagement ferme » de réaliser ce tronçon d’environ 500 mètres, sans offrir plus de détails.

Le responsable de la mobilité au comité exécutif et élu de Projet Montréal, Éric Alan Caldwell, pour sa part évoqué l’installation d’un « photo-radar » sur l’avenue du Parc, pour inciter les véhicules à ralentir.

Le chef de Ralliement pour Montréal, Marc-Antoine Desjardins estime que l’installation d’un carrefour giratoire devrait être étudiée.

L’idée a été reprise par Denis Coderre, candidat à la mairie pour Ensemble Montréal, qui a aussi évoqué une quinzaine d’autres endroits propices aux accidents. M. Coderre a aussi promis de dévoiler une « stratégie spécifique » sur les vélos dans les prochains jours lors de l’annonce samedi de ses engagements en matière de mobilité.

Andrea Rovere est le troisième cycliste décédé dans la métropole depuis le début de l’année, selon le SPVM. En 2020, une personne était morte à vélo, alors qu’aucun mort n’avait été déploré en 2019.

Il s’agissait du 15e vélo blanc installé à Montréal depuis 2012. Un seul a été retiré, celui en hommage à Mathilde Blais, morte elle aussi à la suite d’une collision sur l’avenue du Parc, à l’angle de la rue Saint-Viateur. Il a été enlevé à la suite d’un changement d’aménagement à cet endroit qui aurait pu prévenir son décès. Il fait désormais partie des collections du Musée de la civilisation à Québec, selon le site Internet de Vélo fantôme.

À voir en vidéo