La météo aurait pu jouer un rôle dans l'écrasement de samedi, selon un pilote

Pierre Gavillet, un enquêteur du Bureau de la sécurité des transports, était sur le site de l’accident, dimanche, pour «recueillir des informations et évaluer l’événement».
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Pierre Gavillet, un enquêteur du Bureau de la sécurité des transports, était sur le site de l’accident, dimanche, pour «recueillir des informations et évaluer l’événement».

Un petit avion s’est écrasé au parc de Dieppe à Montréal vers 18 h samedi soir, causant la mort d’un passager et des blessures au pilote. La météo aurait pu jouer un rôle dans cet écrasement, croit un autre pilote professionnel.

Personne au sol n’a été blessé alors que les concerts du festival Osheaga avaient lieu à quelques centaines de mètres.

L’appareil Cessna 172 remorquait une bannière où l’on pouvait lire « Chantal, will you marry me ? », selon plusieurs témoins. Cet avion appartient à l’entreprise Aerogram, qui se spécialise dans ce type de publicités aériennes.

Il n’y avait pas d’autre passager à bord, a confirmé le Service de police de la Ville de Montréal, samedi soir. Des pompiers et des policiers ont immédiatement été dépêchés sur place pour sécuriser les lieux.

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a pris en charge l’enquête pour tenter de déterminer les causes de l’accident. Les enquêteurs étaient de retour sur place dimanche, pour « recueillir des informations et évaluer l’événement », a fait savoir le BST par communiqué. Ce Bureau a aussi confirmé que l’appareil était un Cessna 172 qui tirait une banderole.

Le pilote a lancé un appel de détresse avant de s’écraser : « Mayday », entend-on sur un enregistrement obtenu par plusieurs médias. Un responsable du contrôle aérien de l’aéroport de Dorval lui a ensuite demandé de répéter son message, mais un silence radio s’est installé. Les tentatives pour recontacter le pilote ont ensuite été infructueuses.

On entend ensuite sur cet enregistrement une personne de la tour de contrôle dire que l’avion volait « à très basse altitude entre le pont Victoria et le pont Jacques-Cartier ». Il croit qu’il est « peut-être arrivé malheur », ajoute-t-il.

Des facteurs de risque

Le pilote Dominic Daoust affirme quant à lui que la météo « a presque assurément joué un rôle dans le crash ». Après avoir consulté les archives des rapports météo de l’aéroport de Saint-Hubert, il se dit « surpris que quelqu’un sorte pour faire du remorquage de bannière dans ces conditions-là ».

Le « plafond était extrêmement bas », explique-t-il. Un avion commercial doit voler sous cette base des nuages (le plafond) pour faire voir sa banderole, ce qui le place à une altitude basse. « Quand on survole une zone habitée, on veut avoir du temps pour planer et trouver un endroit où atterrir en cas de problème », poursuit M. Daoust.

Un autre élément à surveiller serait la présence à la fois de cette bannière et d’un passager. Le Cessna 172 comporte quatre places, mais « en termes de performance, c’est déjà beaucoup de tirer une bannière », explique ce professionnel du ciel.

Une pression commerciale peut exister également dans ce genre de services, puisqu’un client peut demander un vol à un moment très spécifique, comme dans le cas d’une demande en mariage, remarque-t-il.

C’est cependant généralement la somme de plusieurs facteurs de risques qui causent un accident en aviation, selon lui.

Le festival Osheaga, qui se déroulait non loin du lieu de l’accident, n’a pas été affecté et « la programmation suit son cours normal », a indiqué l’organisateur Evenko.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs politiciens ont réagi à cet accident tragique. « Mes pensées vont à la famille du défunt », a écrit la mairesse de Montréal, Valérie Plante, sur Twitter samedi soir. Le candidat à la mairie Denis Coderre s’est quant à lui dit « très attristé d’apprendre l’écrasement d’avion près de l’île Sainte-Hélène ».

La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, a aussi écrit : « Un tragique accident ce soir. Toutes mes pensées aux proches des victimes. »

À voir en vidéo