Tentative de «putsch» échouée à l’Observatoire québécois des inégalités

Le directeur général de l’organisme, Nicolas Zorn, a été visé par des allégations de climat toxique de travail et de harcèlement psychologique rapportées dans «Le Devoir».
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le directeur général de l’organisme, Nicolas Zorn, a été visé par des allégations de climat toxique de travail et de harcèlement psychologique rapportées dans «Le Devoir».

Les deux tiers des membres de l’Observatoire québécois des inégalités (OQI) ont renouvelé vendredi leur confiance au conseil d’administration en votant contre sa destitution. Une assemblée générale extraordinaire avait en effet été convoquée par les proches de Nicolas Zorn, directeur général de l’organisme, visé par des allégations de climat toxique de travail et de harcèlement psychologique rapportées dans Le Devoir.

« Il nous reste des défis à relever, et de voir que la majorité des membres estime qu’on a fait les bons choix nous motive à continuer et à trouver une solution », a commenté le président du CA, Richard Lessard.

L’OQI est rongé par une crise interne qui oppose M. Zorn et le CA depuis l’automne 2020.

En moins d’un an, cinq des six chercheurs de l’organisme ont démissionné et deux enquêtes menées par une firme externe ont conclu que M. Zorn a fait du harcèlement psychologique contre la directrice générale adjointe. Cette dernière a porté plainte contre M. Zorn à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). M. Zorn a de son côté porté plainte contre le conseil d’administration pour harcèlement à la CNESST.

L’assemblée générale extraordinaire avait été convoquée à la demande de Frédéric Lapointe, ami et célébrant du mariage de M. Zorn, qui alléguait que le CA avait eu une conduite « grave » mettant en péril le développement de l’organisation.

Sous tension, la séance a été menée par un président et une secrétaire indépendants.

M. Zorn a participé à l’assemblée et s’est adressé aux membres, selon nos informations. Son intervention a été interrompue par une demande pour passer directement au vote.

Après près de trois heures, l’assemblée générale extraordinaire s’est conclue avec un vote en faveur du maintien des administrateurs actuels. Ainsi, 48 membres ont voté pour la destitution, alors que 87 se sont prononcés contre.

M. Lapointe n’a pas souhaité faire de commentaires à la suite du résultat, soulignant qu’il devait d’abord discuter avec d’autres membres.

Actuellement en congé maladie, M. Zorn n’a pas fait de commentaire.

Dès la semaine prochaine, le CA promet de reprendre le travail pour désamorcer la crise avec M. Zorn. « C’est délicat et ce n’est pas une situation facile, mais on souhaite vraiment arriver à une solution », a indiqué M. Lessard.

Par ailleurs, il rappelle que l’objectif des membres du CA est de contribuer à la réalisation de la mission de l’OQI. « On veut faire parler de nous pour les vraies raisons de notre engagement, c’est-à-dire de contribuer à la mise en place de politiques publiques pour diminuer l’impact des inégalités », a-t-il fait valoir.

À voir en vidéo