Le Saguenay–Lac-Saint-Jean se prépare à basculer en zone rouge

Un panneau annonce la présence d'un point de contrôle au départ de Québec sur la route 175, direction nord.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Un panneau annonce la présence d'un point de contrôle au départ de Québec sur la route 175, direction nord.

Devant des hausses records de cas de COVID-19, le Saguenay–Lac-Saint-Jean se prépare à basculer en zone rouge à son tour. Tout un bouleversement pour cette région qui avait été en grande partie épargnée lors de la première vague.

« Beaucoup de régions se stabilisent, alors que, dans la nôtre, ça s’intensifie », résumait lundi le dirigeant du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) régional, Donald Aubin lors d’un point de presse. « Il y a de plus en plus de cas. […] C’est sûr que c’est une situation préoccupante, il ne faut pas se le cacher. »

Le CIUSSS recensait 47 nouveaux cas lundi, dont 3 nouveaux décès. En trois jours, ce ne sont pas moins de 101 nouveaux cas qui se sont ajoutés. C’est beaucoup pour une région qui n’a recensé que 341 cas pendant toute la durée de la première vague.

Aux journalistes qui lui demandaient si on pourrait éviter l’entrée en zone rouge, M. Aubin semblait y croire. « On voudrait éviter d’avoir à changer de couleur », a-t-il dit avant de reconnaître que ses chiffres s’approchaient d’un niveau justifiant les contraintes liées à la zone rouge.

Le territoire est en zone orange depuis à peine sept jours, mais la contamination communautaire progresse rapidement. On recense 32 lieux d’éclosion dans des écoles, des résidences pour personnes âgées, des hôpitaux et des milieux de travail.

Beaucoup de régions se stabilisent, alors que dans la nôtre, ça s’intensifie

 

Le secteur d’Alma, dans l’est du Lac-Saint-Jean, est particulièrement touché, avec le tiers des cas depuis le début de la seconde vague.

Étant donné la forte proportion de cas à Alma, pourrait-on limiter une éventuelle zone rouge à sa MRC (du Lac-Saint-Jean Est), comme on l’a fait en Outaouais pour la MRC de Gatineau ? Non, a répondu le Dr Aubin notamment parce que les patients de la COVID-19 à Alma sont, de toute façon, transférés à l’hôpital de Saguenay, qui a le statut d’établissement désigné pour le traitement de la COVID-19. « On a regardé les différentes hypothèses, et on aurait très peu d’effets à faire ça », a dit le Dr Aubin. « On doit travailler dans une vision régionale. »

À l’hôpital d’Alma, 48 employés et patients sont atteints de la COVID-19. Le CIUSSS explique toutefois que des « trajectoires sécuritaires » ont été créées à l’intérieur de l’hôpital et que la population ne devrait pas éviter les lieux si elle en avait besoin. « Ces services-là ne sont pas fermés », a souligné le patron du CIUSSS lundi.

Le foyer le plus préoccupant pour l’heure est le Centre d’hébergement Isidore-Gauthier d’Alma, où l’on recensait lundi 5 décès et 46 cas, dont la moitié au sein du personnel.

32
C’est le nombre de foyers d’éclosion recensés dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Durant la première vague, l’effet de la pandémie s’était concentré localement sur un centre d’hébergement de Chicoutimi-Nord, le CHSLD de la Colline. Un total de 21 personnes sont mortes après avoir contracté le coronavirus. Pendant ce temps, les infirmières de la région affichent leur mécontentement.

En raison du nombre d’infirmières placées en isolement à cause de la COVID-19, le CIUSSS s’est prévalu de l’arrêté ministériel 2020-007 qui lui permet de modifier leurs horaires, leurs lieux de travail et d’imposer le temps complet.

Au grand dam de celles-ci. « Ils viennent sabrer dans nos conditions de travail », déplore Julie Bouchard, présidente de la Fédération des intervenantes en soins du Québec pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean (FIQ).

Selon Mme Bouchard, l’arrêté ministériel vise notamment des infirmières à temps partiel, qui seront dépêchées en renfort au Centre d’hébergement Isidore-Gauthier.

La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean fait face, elle aussi, à une pénurie d’infirmières et d’infirmières auxiliaires. « On observe ça depuis une année environ », explique Mme Bouchard. Avant, on était en pénurie de disponibilité, mais là, on est en réelle pénurie de professionnels. »

Selon Mme Bouchard, on aurait peut-être dû placer le Saguenay–Lac-Saint-Jean en zone rouge avant. « On aurait pu fermer la région de manière préventive, dit-elle. On ne se le cachera pas. Notre région a beaucoup de personnes âgées. »

 

Le bilan du jour

Le Québec a signalé lundi 1038 nouveaux cas de COVID-19. Le bilan s’est également alourdi de six décès. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a précisé que, sur ces six morts, deux sont survenues dans les dernières 24 heures, une entre le 12 et le 17 octobre et trois autres à une date inconnue. Depuis le début de la pandémie, un total de 94 429 infections ont été enregistrées, dont 6 044 mortelles. On dénombre désormais 532 hospitalisations, une hausse de 5 personnes comparativement à la veille. Le nombre de patients se trouvant aux soins intensifs a pour sa part augmenté de 4 pour un cumul de 92 personnes.

La Presse canadienne


À voir en vidéo