Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Nouvelles mesures au Québec

    Nouvelles mesures au Québec

    Les nouvelles mesures annoncées hier pour contrer la propagation du virus au Québec entrent en vigueur. C’est donc la fin des rassemblements de 250 personnes dans les lieux publics fermés (sauf les cinémas, théâtres et salles de spectacle), où la limite acceptée est maintenant de 50 personnes, et de 25 dans les régions en « alerte modérée », soit en zone orange.

    Montréal, Chaudière-Appalaches et une partie de la Capitale-Nationale se retrouvent dans cette fameuse zone orange et doivent aussi mettre en place toute une série de mesures encore plus restrictives. Parmi elles : six personnes maximum (ou deux familles) dans les rassemblements privés, six personnes maximum à la même table d’un restaurant, fermeture des bars à minuit et interdiction de la vente d’alcool après 23 h.

  • Grève dans les garderies familiales

    Grève dans les garderies familiales

    Face à des négociations qui stagnent, les services de garde en milieu familial commencent une grève générale illimitée à compter d’aujourd’hui. Dans un ultime espoir de faire bouger les choses, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec a proposé dimanche qu’un arbitre se prononce sur la rémunération de ses membres. Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a plutôt proposé l’intervention d’un médiateur, ce qui n’a pas plu à l’autre partie à la table des négociations.

    C’est la question du salaire des éducatrices qui est au cœur du conflit. Le syndicat réclame une subvention d’au moins 16,75 $ l’heure pour ses éducatrices et juge l’offre de Québec de 12,83 $ l’heure « insultante, méprisante et déconnectée ».

  • Élections régionales en Italie

    Élections régionales en Italie

    Le vote se poursuit pour une deuxième journée en Italie. Sept régions, soit plus de 20 millions d’habitants, doivent élire leurs présidents. Hier, un tiers des électeurs se sont déplacés pour exercer leur devoir de citoyen dans un climat où la progression des cas de COVID-19 s’accélère.  

    C’est le premier scrutin organisé au pays depuis le début de la pandémie. Les électeurs doivent notamment se prononcer sur un référendum national au sujet de la réduction du nombre des parlementaires, qui passerait de 945 à 600.