Des Libano-Canadiens se mobilisent pour aider les survivants

L'ampleur du drame survenu mardi à Beyrouth est encore difficile à mesurer.
Photo: Hussein Malla Associated Press L'ampleur du drame survenu mardi à Beyrouth est encore difficile à mesurer.

Les Canadiens d’origine libanaise qui ont regardé avec horreur une partie de Beyrouth être soufflée par une explosion travaillent maintenant à recueillir des fonds pour les hôpitaux qui soignent des milliers de blessés.

Le président du Club libanais d’Ottawa (LCO) dit se sentir impuissant à l’autre bout du monde à l’égard des membres de sa famille blessés dans l’explosion de mardi.

Ahmad Araji affirme que son cousin, sa femme et leur jeune fille résident dans le centre-ville de Beyrouth et ont été blessés par du verre qui s’est brisé lors de l’explosion.

Il soutient qu’il est difficile de mesurer l’ampleur de la tragédie, qui a tué au moins 100 personnes.

Son groupe a lancé une campagne de financement en ligne qui a permis jusqu’à présent de recueillir plus de 3700 $ pour la Croix-Rouge libanaise et les hôpitaux envahis par les blessés.

M. Araji dit que le groupe tente également de sensibiliser le public au manque d’approvisionnement en sang à Beyrouth, car encourager les habitants à faire un don est l’une des rares choses qu’ils peuvent faire de loin.

« Il y a si peu de choses que vous pouvez faire depuis l’étranger, souligne-t-il. Et le pays a traversé beaucoup d’épreuves. C’est la dernière chose dont les gens avaient besoin en ce moment, surtout avec la crise économique, le sommet de pauvreté, l’effondrement de la devise, la COVID. »

Il dit faire tout ce qu’il peut pour être utile pendant que sa mère patrie est aux prises avec une autre crise.

« Ils ont besoin d’argent, ils ont besoin de fonds, ils ont besoin d’aide. Ils ont besoin de soutien — soutien moral, soutien financier, a déclaré M. Araji. Nous essayons de faire tout cela en même temps. »

Aider les organismes sur le terrain

Lamia Charlebois, consultante en relations publiques et fondatrice de la page Facebook Libanais de Montréal — Sirop d’arabe, encourage les Canadiens qui veulent aider à se tourner vers les organismes déjà établis sur le terrain.

« On pense à la Croix-Rouge libanaise, bien sûr. Les secouristes sont sur place et sont en train de s’occuper des victimes et des blessés et de déblayer les décombres pour sortir les gens », a-t-elle soutenu en entrevue téléphonique.

La Croix-Rouge canadienne avait déjà établi un Fonds de secours pour la crise humanitaire qui sévit au pays. En date de mercredi après-midi, plus de 133 000 $ avaient été amassés.

Mme Charlebois s’adresse aussi au gouvernement canadien pour qu’il envoie des militaires en appui. « La France pense le faire, il me semble que le Canada pourrait très bien le faire. Nous sommes une diaspora libanaise qui est très grande ici, qui contribue », a-t-elle plaidé.

La ministre canadienne du Développement international, Karina Gould, a indiqué que le gouvernement examinait ses options. « Nous évaluons les besoins pour nous assurer que l'aide du Canada est acheminée là où elle est nécessaire. Plus à venir bientôt », a-t-elle déclaré sur Twitter.


À voir en vidéo