La traque se poursuit pour retrouver Martin Carpentier

Martin Carpentier tient les policiers en haleine depuis la disparition des deux fillettes mercredi soir. Sur la photo, des policiers et des volontaires participant aux recherches, vendredi à Saint-Apollinaire.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Martin Carpentier tient les policiers en haleine depuis la disparition des deux fillettes mercredi soir. Sur la photo, des policiers et des volontaires participant aux recherches, vendredi à Saint-Apollinaire.

La traque se poursuit pour retrouver Martin Carpentier, au lendemain de la découverte des corps de ses deux filles à Saint-Apollinaire, dans la région de Chaudière-Appalaches.

Après s’être étirée dans la nuit, la chasse à l’homme était toujours en cours dans « un secteur névralgique » dimanche après-midi, près des rangs Saint-Lazarre et Bois-Joly.

Les policiers demandent à la population d’éviter d’interférer avec les recherches. Ils rappellent que les résidents du secteur peuvent leur venir en aide en vérifiant les dépendances sur leur propre terrain et en contactant le 911 s’ils aperçoivent le suspect, sans tenter de l’intercepter.

Malgré leurs bonnes intentions, des initiatives citoyennes continuent de nuire au travail des policiers, rapporte la sergente Ann Mathieu. Une centaine de personnes se sont ruées dans un secteur boisé où un bruit a été rapporté la veille, illustre-t-elle, ce qui a généré de faux signalements au 911, en plus de contaminer une zone où l’escouade canine aurait pu être mobilisée.

La Sûreté du Québec (SQ) dit combiner différentes techniques de travail dans ses recherches sur le terrain, avec un hélicoptère et un drone en appui. Environ 80 personnes étaient toujours déployées dimanche.

En réponse à des citoyens critiques de son travail sur les réseaux sociaux, le corps policier assure que ses agents ont effectué des vérifications pour chacun des signalements reçus.

« Par contre, il leur a été impossible de rencontrer chacune des personnes pour les informer du suivi de leur demande », a écrit la SQ sur Twitter.

L’homme de 44 ans de Lévis tient les policiers en haleine depuis la disparition des petites Romy, 6 ans, et Norah, 11 ans, mercredi soir. Une alerte Amber avait été déclenchée jeudi.

La mort des deux fillettes a été confirmée samedi, en fin d’après-midi, par la Sûreté du Québec, après qu’elles eurent été retrouvées à quelques minutes d’intervalle dans un secteur boisé de Saint-Apollinaire, où des recherches étaient en cours pour retrouver le trio.

« Il y aura une autopsie qui sera effectuée pour confirmer la cause exacte des décès, mais il y a également la scène qui entoure la découverte des corps des deux jeunes filles qui est importante pour voir s’il y a des choses qui peuvent expliquer les circonstances », a résumé la sergente Ann Mathieu en fin d’après-midi.

Même si l’alerte Amber est maintenant levée, la fiche descriptive de Martin Carpentier est toujours affichée sur le site web de la Sûreté du Québec ainsi que sur les réseaux sociaux.

Martin Carpentier, âgé de 44 ans, portait un t-shirt gris et des jeans. Il pèse 59 kilos (130 livres) et mesure 1,78 mètre (5 pieds et 10 pouces).