Notre quotidien dans l’oeil de Marie-France Coallier

Les photographes posent un regard très personnel sur l’actualité. Nouvelles, rencontres, découvertes : nous vous proposons de découvrir ici certains de leurs photoreportages. Aujourd’hui, Marie-France Coallier a tourné son objectif vers les chauffeurs d’autobus scolaires en temps de pandémie.

1 L’autobus scolaire de Cynthia Barabé n’a pas échappé aux consignes sanitaires de Québec afin de freiner la propagation de la COVID-19. La chauffeuse de 34 ans porte désormais un masque, des gants et une visière lorsqu’elle doit intervenir auprès d’un élève. Et une paroi de plastique la sépare dorénavant des tout-petits qui montent à bord. Marie-France Coallier Le Devoir
2 Mme Barabé n’avait qu’une hâte depuis le début de la crise sanitaire : reprendre le volant de son autobus jaune. Avec la réouverture des écoles primaires de Farnham — situées à l’extérieur de la grande région de Montréal et de la MRC de Joliette —, son souhait a été exaucé. Marie-France Coallier Le Devoir
3 La chauffeuse a été l’une des premières affectées par la mise sur pause du Québec en mars dernier. Après plus de deux mois d’arrêt, Mme Barabé se dit en parfaite santé et très enthousiaste à l'idée de reprendre le travail malgré les dangers que cela comporte. Marie-France Coallier Le Devoir
4 Après les trajets du matin et du soir, Cynthia Barabé désinfecte tous les sièges de son autobus. Le processus prend une quinzaine de minutes. « Chaque compagnie a fait à sa façon étant donné qu’il n’y avait pas de directives claires et établies », soutient Mélanie Viens, sa superviseuse pour Les Transports Scolaires Viens inc., qui emploie Mme Barabé. Marie-France Coallier Le Devoir
5 Avant, Cynthia Barabé transportait une quarantaine d’élèves à bord de son autobus. Aujourd’hui, elle n’en transporte plus que 11. Le silence a donc remplacé le brouhaha habituel du retour à la maison. Terminées aussi les disputes qui pouvaient parfois éclater entre les élèves, tout comme les scènes d’intimidation. Marie-France Coallier Le Devoir
6 Les élèves doivent se laver les mains avec du liquide désinfectant avant de monter à bord. Marie-France Coallier Le Devoir