Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Astérix et la COVID-19

    Astérix et la COVID-19

    Le plus connu des guerriers gaulois s’attaque à un nouvel adversaire aujourd’hui : la COVID-19. Mais pas de crainte, sa vie n’est pas en danger.

    Un peu plus de deux mois après le départ d’Albert Uderzo, décédé le 24 mars dernier, cinq planches originales du créateur d’Astérix seront mises aux enchères au profit de la Fondation des Hôpitaux de Paris.

    C’est à l’initiative de sa fille et de sa veuve que la vente a été organisée. « Nous avons tenu à faire ce qu’il aurait sûrement fait : soutenir et remercier en sa mémoire le personnel soignant, ces nouveaux héros du village France », peut-on lire dans le communiqué de la maison Artcurial.

    La France reste l’un des pays les plus éprouvés par la COVID-19, avec près de 183 000 infections et plus de 28 000 morts, selon l’Université Johns Hopkins, bien que la progression de la maladie soit maintenant engagée sur une pente descendante.

  • Les centres commerciaux hors Montréal

    Les centres commerciaux hors Montréal

    Il n’y aura pas de grand-messe pandémique à 13 h aujourd’hui, mais on devrait en savoir plus sur une annonce soufflée du bout des lèvres hier : la réouverture des centres commerciaux en dehors de la grande région de Montréal, prévue pour l’instant le 1er juin. Elle devrait ainsi survenir exactement quatre semaines après celle des boutiques ayant pignon sur rue.

    Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, doit livrer plus de détails sur la mesure — et les conditions à respecter — à 10 h 15 ce matin.

  • La «sécurité nationale» de Hong Kong

    La «sécurité nationale» de Hong Kong

    Le projet de loi controversé sur la sécurité de Hong Kong continue son chemin au sein du Parlement chinois, qui tient sa grande assemblée annuelle cette semaine.

    Le texte, qui vise à réprimer « le séparatisme, la subversion de l’État », l’organisation « d’actes terroristes » ou encore les « ingérences étrangères » dans les affaires de l’ex-colonie britannique, doit en principe être adopté jeudi.

    Déjà, dimanche, des milliers de personnes ont envahi les rues du territoire semi-autonome pour protester contre le projet de loi de Pékin, qui ne cache pas son intention de tuer dans l’œuf tout mouvement de protestation semblable à celui de l’an dernier.