Québec ordonne une enquête au CHSLD Sainte-Dorothée

Un travailleur de la santé transporte du matériel au CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval, durement éprouvé par la pandémie.
Ryan Remiorz La Presse canadienne Un travailleur de la santé transporte du matériel au CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval, durement éprouvé par la pandémie.

Après des médecins en CHSLD, c’est au tour d’infirmières de lancer un appel à l’aide et de dénoncer le manque de personnel et d’équipement dans ces établissements.

Audrey Power travaille au CHSLD de Sainte-Dorothée de Laval, un des pires foyers d’éclosion de la COVID-19 au Québec. Treize patients y sont morts jusqu’à présent et 115 autres sont atteints de la maladie. L’infirmière est stressée, anxieuse, épuisée et indignée du sort de ses patients. « Les soins ne sont pas à la hauteur de ce que les patients méritent », dit-elle.

Audrey Power a publié mardi un statut sur sa page Facebook pour dénoncer la situation. L’infirmière, qui travaillait jusqu’à tout récemment à l’urgence d’un hôpital, a été réaffectée dans le CHSLD de Sainte-Dorothée pour aider les troupes en place.

À voir en vidéo

Depuis son arrivée dans le CHSLD, il lui est arrivé de devoir s’occuper, seule, de 45 patients. Elle a parfois eu à sa charge 20 malades souffrant de la COVID-19. « À l’urgence, en milieu hospitalier, on peut aller jusqu’à trois patients COVID positifs », dit Audrey Power.

 
13
C’est le nombre de patients du CHSLD qui sont décédés jusqu’à présent. Le bilan pourrait s’alourdir puisque 115 résidents sont atteints de la COVID-19.

L’équipement, dit l’infirmière, est limité. « On a droit à un masque de procédure par quart de travail, dit Audrey Power. Je crois que le vecteur le plus important de la COVID-19 en ce moment, c’est nous, le personnel soignant. » Des collègues, dit-elle, ont contracté le virus.

La crise au CHSLD de Sainte-Dorothée préoccupe les autorités. Le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a commandé une enquête épidémiologique pour faire la lumière sur cette éclosion. « C’est clair qu’on va envoyer une équipe d’investigation pour revoir tout ce qui est arrivé dans ce centre-là », a-t-il dit lors du point de presse quotidien du gouvernement sur le coronavirus.

 

Le Québec a passé le cap des 10 000 cas confirmés, avec 692 malades de plus, pour un total de 10 031. Le nombre de décès s’élève maintenant à 181. Le nombre de cas est presque deux fois plus élevé qu’en Ontario (5276), mais le nombre de décès est similaire (174). Parmi les personnes contaminées au Québec, 682 sont hospitalisées, dont 181 aux soins intensifs.
 

La ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann assure que des renforts ont été envoyés au CHSLD de Sainte-Dorothée. « On a ajouté 70 personnes : des infirmières, des préposés aux bénéficiaires, des gestionnaires », a-t-elle dit, en conférence de presse.

Le premier ministre, lui, a annoncé que des « dépistages systématiques des aînés et du personnel en CHSLD » ainsi que « dans les autres milieux de vie » seront désormais effectués.

Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades, estime que le gouvernement aurait dû agir plus tôt. « Ce qui est le plus difficile à accepter, c’est qu’on le savait, dit-il. On savait que les pires foyers en France étaient dans les résidences pour aînés. On n’était pas prêts. Quelle tragédie! »

La partie n’est pas gagnée dans les CHSLD, selon le député libéral et ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette. « Il y a un problème dans les CHSLD, dit-il. Il va être difficile à renverser dans la région de Montréal. »

Gaétan Barrette pense toutefois que des gestes peuvent être posés pour éviter une situation similaire dans les autres CHSLD à l’extérieur de la région métropolitaine. Selon lui, il faut offrir de la formation sur la protection contre les infections aux employés, leur fournir l’équipement nécessaire et augmenter le nombre d’employés sur le terrain.

 

Au privé aussi

Les nombreux cas de COVID-19 dans les CHSLD défraient les manchettes, mais la maladie est aussi bien présente dans les établissements privés conventionnés, rappelle Sonia Mancer, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, secteur privé (FIQP).

Sonia Mancier dénonce la rotation de personnel entre les zones « COVID » et « non COVID » dans ces centres privés. « Du personnel devrait être dédié à la zone chaude où il y a des cas positifs, dit-elle. Mais il n’y a pas de personnel dédié. Le personnel se promène dans les étages entre les zones chaudes et froides. »

 

EN CHIFFRE

8,4 %
Le nombre de personnes hospitalisées a crû de 8,4 %. Depuis quatre jours, ce taux a oscillé entre 1,5 % et 11,4 %, alors qu’on observait une hausse quotidienne moyenne de 21,1 % dans les neuf jours précédents. C’est en se basant sur ces données que le premier ministre a évoqué une « stabilisation » mercredi et a dit commencer à voir « la lumière au bout du tunnel ».

Sonia Mancier soutient que des employés ne veulent plus travailler parce qu’ils ont « peur d’être des vecteurs ».

Lors du point de presse, la ministre Danielle McCann a rappelé qu’au cours des dernières semaines, 133 millions de dollars ont été annoncés pour « soutenir les milieux de vie dans le secteur privé ». De l’argent, a-t-elle dit, qui servira à embaucher du personnel et à bonifier les mesures de protection dans les résidences.

Tant dans le secteur privé que dans le réseau public, des médecins ont été mobilisés, a-t-elle ajouté. « On parle de 450 médecins qui vont être mis à contribution immédiatement », dit Danielle McCann. Québec dit aussi avoir convaincu 500 infirmières de se « réinscrire au tableau de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec ».

Avec Mylène Crête et Magdaline Boutros

EN RÉSUMÉ

Des renforts à Sainte-Dorothée

Interpellée sur la situation alarmante dans ce CHSLD de Laval, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a dit que 70 personnes y avaient été déployées en renfort. Le directeur de la santé publique, Horatio Arruda, a ensuite déclaré qu’il était possible que cette résidence ait été contaminée par des gens asymptomatiques. Mme McCann a aussi promis des renforts dans les autres résidences, avec l’ajout de 500 médecins, et s’est engagée à dépister l’ensemble des dizaines de milliers de personnes âgées qui y résident.



Garder ses distances pendant « des mois »

La pratique de rester à deux mètres de distance devra être maintenue « pour des mois », a prévenu le premier ministre. Les événements comme les festivals et la Fête nationale ne pourront dès lors pas avoir lieu. Plus flou sur le sort des écoles, il n’a pas exclu de les garder fermées jusqu’à l’automne. M. Legault n’a pas voulu non plus dire ce que cela allait impliquer pour les activités sociales en général, le tourisme et les déplacements d’une région à l’autre durant l’été.



Un retour à la normale pas très normal, dit Trudeau

À Ottawa, Justin Trudeau a lui aussi prévenu que les mesures de confinement se poursuivront pendant « encore plusieurs semaines ». Et même lorsqu’elles seront assouplies, ce sera de façon « graduelle », pour s’assurer que toute nouvelle vague d’épidémie puisse rapidement être contenue. « Cela veut dire que, même quand les choses vont pouvoir commencer à revenir à la normale, ce ne sera pas un retour à la normale. »


 
8 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 9 avril 2020 04 h 17

    Semblable à la C.-B.

    Ici aussi en Colombie-Britannique, un centre de personnes âgées a été un des premiers endroits a être affecté. Covid est très limité ici. Pas de multiples foyers d'infections en même temps au départ.

  • Bertrand Larocque - Inscrit 9 avril 2020 06 h 56

    Les critiques commencent, mais sont-elles justes?

    Il ya quelques semaines à peine, les tests n'étaient pas disponibles en grand nombre et la SRC révélait dans un reportage de Natasha MacDonald-Dupuis le 19 mars que le Québec a réagit rapidement pour multiplier les tests de dépistage, devancé seulement par l'Alberta. L'Ontario peine toujours à tester sa population. Comment Paul Brunet peut-il prétendre qu'il fallait tester les Centres de personnes âgées, alors que le virus provenait de l'extérieur des Centres de personnes âgées? Il y a un maque de discernement ici. Gaétan Barrette sort de l'ombre pour se faire le champion de la critique en devenant le premier à briser la trève entre les partis politiques en ce temps de crise. En sommes-nous étonnés? Devant le cafouillage de plusieurs dirigeants ailleurs dans le monde, on ne peut que se consoler par la comparaison avec les décisions et les actions de notre gouvernement!

  • Marian Riverin - Abonné 9 avril 2020 07 h 16

    Gaétan Barrette

    Je ne veux surtout pas savoir ce que cet individu peut penser ou dire

    Marian Riverin

  • Samuel Prévert - Inscrit 9 avril 2020 07 h 17

    Dr Barrette

    Je tenais à dire que je préférerais ne pas savoir ce que pense Gaétan Barrette. Quand on réussit à évincer un minstre impopulaire, il est désagréable de le voir réapparaître comme un lapin dans un chapeau. Libérez-nous....

  • Marie-Claude Raynault - Abonnée 9 avril 2020 08 h 30

    Gardez-vous une p'tite gêne M.Barrette!

    Gaétan Barrette qui se permet de commenter le problème et de donner des conseils! S'il a manqué et manque encore cruellement de personel et d'équipements, cet ex-ministre de la santé et des services sociaux qui a pressé le citron au maximum y est grandement pour quelque chose. À sa place, je ferais comme durant les dernières élections: je me garderais une p'tite gêne et resterais plutôt silencieux!

    Marie-Claude Raynault
    Longueuil