Les Québécois appuient les causes autochtones, selon un sondage

80% des Québécois qui ont répondu au sondage croient que le gouvernement canadien devrait régler les différends avec les peuples autochtones.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir 80% des Québécois qui ont répondu au sondage croient que le gouvernement canadien devrait régler les différends avec les peuples autochtones.

S’ils sont en colère contre les barricades qui les privent d’un train de banlieue, les Québécois ne laissent pas ce sentiment colorer leur perception des causes autochtones.

C’est ce que révèle un sondage Léger mené pour le compte de La Presse canadienne.

Le sondeur a fait son travail alors que la crise provoquée par l’opposition de chefs héréditaires wet’suwet’en à un gazoduc en Colombie-Britannique battait son plein.

Question après question, les Québécois se démarquent, particulièrement par rapport aux personnes sondées dans l’Ouest du pays.

Ils sont 60 %, au Québec, à estimer que les revendications territoriales des peuples autochtones sont valides, à comparer à 49 % en Alberta. Lorsqu’on compte tous les Canadiens, sauf les Québécois, ce sont 56 % qui jugent valides les revendications autochtones.

«Je dirai que le Québec se distingue du reste du Canada parce que l’Alberta et la Saskatchewan drainent les résultats du reste du Canada vers le bas», analyse Christian Bourque, vice-président exécutif et associé chez Léger.

60 %
C'est le pourcentage de Québécois qui estiment que les revendications territoriales des peuples autochtones sont valides.

De la même manière, 80 % des Québécois qui ont répondu au sondage croient que le gouvernement canadien devrait régler les différends avec les peuples autochtones, à comparer à 70 % dans le reste du Canada.

«On n’aurait pas vu ça il y a 20, 30 ans au Québec», suggère M. Bourque.

«Si on avait posé la question sur les moyens qui ont été pris par certains leaders autochtones, les Québécois auraient été plutôt en défaveur», suppose le sondeur. «Mais sur l’enjeu de fond qui est la réconciliation, les Québécois sont plutôt favorables. Ils ont été capables de séparer les moyens de la finalité», analyse-t-il.

Les Québécois sont aussi prêts à donner un droit de veto aux Premières Nations - 55 % pour ce droit de veto et 31 % contre - lorsqu’il s’agit de projets d’infrastructures. À comparer, dans le reste du Canada seulement 38 % seraient en faveur de pareil droit de veto, 44 % s’y opposeraient.

«Ce qui est dur à évaluer à partir des résultats du sondage, c’est est-ce que le petit côté givré de l’opinion publique québécoise n’est pas lié au fait que les peuples autochtones s’opposent à un pipeline», note M. Bourque.

Insatisfaits du gouvernement fédéral

Et pourtant, 67 % des Québécois interrogés se disent «insatisfaits» de la façon dont Justin Trudeau a géré le dossier du blocus ferroviaire.

«C’est comme si on disait on n’est pas content que le gouvernement ait adopté la méthode plus «soft» alors que dans [les] réponses au sondage, [on] prône aussi la méthode plus «soft»», fait remarquer M. Bourque.

67 %
C'est le pourcentage de Québécois qui se disent « insatisfaits » de la façon dont Justin Trudeau a géré le dossier du blocus ferroviaire.

Mercredi matin, de passage à Saint-Jérôme, le premier ministre a été invité à commenter cette insatisfaction face à sa gestion.

«Les solutions que nous amenons doivent être durables, sur le long terme», a réagi M. Trudeau. «Les Canadiens s’attendent à ce que leurs gouvernements pensent au long terme et c’est exactement ce que nous faisons et ce que nous continuerons de faire», a-t-il ajouté.

Des négociations avec les Mohawks

Pendant qu’on attend le dernier mot des Wet’suwet’en sur l’entente conclue avec les gouvernements fédéral et de Colombie-Britannique en fin de semaine dernière, la barricade à Kahnawake n’est toujours pas démantelée.

«Il y a des négociations productives qui sont en cours avec les Mohawks, a dit M. Trudeau. On reconnaît que ça prend du temps. […] On espère pouvoir régler ça bientôt de façon durable et pacifique.»

Et puis, encore une fois, le premier ministre a répété que l’armée canadienne n’interviendra pas.

«Il n’est pas question d’envoyer l’armée contre des citoyens canadiens. Ce n’est pas quelque chose qui est intéressant. Ce n’est pas quelque chose qui pourrait calmer la situation», a tranché le premier ministre.

Méthodologie

Le sondage a été effectué entre le 8 février et le 2 mars, auprès de 1540 Canadiens, dont 404 Québécois, issus d’un panel Internet de 400 000 Canadiens dont Léger se sert pour ses sondages. Pareille méthodologie ne permet pas le calcul de marges d’erreur.