Un drame inexplicable dans les Laurentides

Julie Desrosiers, directrice de la Maison des jeunes de Lachute, a accueilli les amis d’Océane Boyer pour leur permettre d’exprimer leur tristesse et leur incompréhension par rapport à la disparition de la jeune fille.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Julie Desrosiers, directrice de la Maison des jeunes de Lachute, a accueilli les amis d’Océane Boyer pour leur permettre d’exprimer leur tristesse et leur incompréhension par rapport à la disparition de la jeune fille.

Un homme de 51 ans a été arrêté par la Sûreté du Québec (SQ) à Montréal jeudi, en lien avec le meurtre de l’adolescente retrouvée mercredi sur le bord de la route à Brownsburg-Chatham, dans les Laurentides. Un drame inexpliqué qui sème tristesse et consternation dans son entourage.

La SQ n’a pas dévoilé plus de détails quant à l’identité du suspect. « Il doit rencontrer les enquêteurs des crimes contre la personne en soirée. Il va possiblement comparaître demain au palais de justice de Montréal ou de Saint-Jérôme », a précisé le porte-parole de la SQ, Marc Tessier. Il est par contre trop tôt pour connaître les accusations qui pourraient être déposées contre le suspect.

Selon les informations obtenues par Le Devoir, la victime de 13 ans et l’homme arrêté se connaissaient.

 


La jeune fille a été retrouvée par un passant vers 11 h 15 mercredi, au bord de la rue Berlin, une route isolée et non déneigée. Elle portait des marques de violences sur le corps et aurait été tuée par arme à feu. Son décès a été constaté à l’hôpital où elle a été transportée, a fait savoir Marc Tessier. La police considère que l’adolescente a été victime d’un homicide. Aucun détail n’a toutefois été précisé par la SQ qui ne souhaite pas nuire à l’enquête. Celle-ci se poursuit présentement, même si un suspect a été arrêté.

Photo: Facebook

Ce n’est que plus tard qu’un lien a rapidement été établi avec la disparition d’une adolescente de Lachute, Océane Boyer, qui a été signalée à la police en fin d’après-midi mercredi. L’adolescente a été aperçue pour la dernière fois au moment où elle quittait sa résidence de Lachute, le matin même, en route vers son école. Elle ne s’y est toutefois jamais présentée, alors que la polyvalente qu’elle fréquentait n’est qu’à quelques centaines de mètres de chez elle.

Joints par Le Devoir, les parents d’Océane Boyer n’ont pas voulu commenter la situation, expliquant vouloir se recueillir en famille.

Une communauté ébranlée

Les conditions météorologiques ayant entraîné la fermeture des écoles jeudi, à Lachute, c’est à la Maison des jeunes que de l’aide psychosociale a été offerte en après-midi aux amis et aux camarades de classe de la jeune fille. L’établissement a d’ailleurs ouvert ses portes quelques heures plus tôt pour accueillir les jeunes. Des intervenants étaient présents pour les écouter.

« Ils viennent surtout nommer la peine, la douleur qu’ils ressentent. Ils parlent beaucoup de leur incompréhension aussi. Beaucoup ont le sentiment qu’ils auraient aussi pu être une victime, à la place d’Océane », explique Julie Desrosiers, directrice de la Maison des jeunes de Lachute, Univers jeunesse Argenteuil.

Elle connaissait très bien Océane Boyer, qui était la présidente du conseil d’administration de la Maison des jeunes. « Océane venait très souvent ici, elle donnait beaucoup de son temps. On va beaucoup s’ennuyer d’elle, c’est dur », a-t-elle ajouté en entrevue avec Le Devoir, la voix pleine d’émotion.

La nouvelle était aussi difficile à encaisser pour Denis Ducharme, un des voisins de la famille Boyer. « Océane était adorable, un vrai rayon de soleil. Elle était pleine de vie, toujours un sourire aux lèvres, agréable, polie et prête à rendre service, raconte l’homme rencontré devant chez lui pendant qu’il déneigeait son entrée en soirée. Il considère la famille de l’adolescente comme de « bons amis », une famille « soudée » et « sans problème ».

« C’est un vrai choc, c’est difficile de se dire que je ne la verrais plus jamais passer devant chez moi pour se rendre à l’école et me dire bonjour en passant », dit-il, les larmes aux yeux. M. Ducharme, qui a une fille du même âge qu’Océane, peine à comprendre comment une telle « tragédie » a pu survenir et qu’on ose faire du mal à une enfant.

« Cet événement constitue un drame au sein de la collectivité. C’est la pire chose qui puisse arriver pour un parent », avait commenté plus tôt jeudi le maire de Lachute, Carl Péloquin, qui a aussi un garçon du même âge que la victime. Il a offert toutes ses condoléances à la famille.

Il a précisé que les mesures de soutien déployées à la Maison des jeunes, mais aussi à la polyvalente que fréquentait la jeune fille, seront maintenues dans les prochains jours. Réagissant au fait qu’un suspect a été arrêté, il s’est dit « soulagé de voir la progression de l’enquête ».

Le premier ministre du Québec, François Legault, a également réagi à la nouvelle sur son compte Twitter jeudi matin. « Quel drame horrible. Je suis de tout cœur avec les parents, la famille et les amis de la jeune Océane », a-t-il indiqué.


 
2 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 28 février 2020 04 h 08

    Inexplicable?

    Je crois que des explications s'imposent, au contraire.

  • Cedrik Thibert - Inscrit 28 février 2020 09 h 08

    Tout simplement monstrueux

    Quel genre de monstre peut faire un crime aussi horrible? Cet homme ne devrait jamais sortir de prison, on touche pas aux enfants!