Femme tuée à Sainte-Foy: l’accusé est un récidiviste

Le corps de la femme de 22 ans a été découvert par les policiers dans une chambre de l’Hôtel Sépia du chemin Saint-Louis à Sainte-Foy.
Photo: Jacom Stephens / Getty Images Le corps de la femme de 22 ans a été découvert par les policiers dans une chambre de l’Hôtel Sépia du chemin Saint-Louis à Sainte-Foy.

L’homme accusé d’avoir tué une femme dans un hôtel de Sainte-Foy mercredi soir était en semi-liberté, lui qui avait purgé 15 années de pénitencier pour le meurtre à coups de marteau de son ancienne conjointe, en 2004.

Eustachio Gallese a été accusé jeudi du meurtre non prémédité de Marylène Lévesque. Il se serait livré lui-même aux policiers tard mercredi, avouant non seulement être l’auteur du crime, mais également en précisant l’endroit où se trouvait la victime.

Le corps de la femme de 22 ans a été découvert par les policiers dans une chambre de l’Hôtel Sépia du chemin Saint-Louis à Sainte-Foy.

« La victime était inanimée et son corps portait des traces de violence. Son décès a été constaté dans les minutes suivantes », a indiqué le Service de police de la Ville de Québec.

L’accusé demeure détenu jusqu’à la prochaine audience prévue le 27 février prochain.

Récidive

Ce n’est pas la première fois que Eustachio Gallese admet avoir commis un meurtre. En octobre 2004, l’homme avait contacté les policiers pour leur avouer avoir tué sa conjointe Chantale Deschênes dans leur résidence de Sainte-Foy dans un contexte de violence conjugale.

À leur arrivée sur les lieux, les policiers avaient découvert le corps ensanglanté de la victime gisant dans son lit. À proximité de la dépouille, deux couteaux et un marteau avaient été trouvés.

« Les circonstances de la commission [du meurtre] mettent en évidence une explosion de rage et de violence qu’aucune description ne saurait rendre adéquatement », peut-on lire dans un jugement rendu en 2004, quand l’accusé avait tenté d’être remis en liberté.

Des documents de cour rapportent également que, depuis 1998, il a été condamné à quatre reprises pour présence illégale dans une maison d’habitation, méfait sur des biens privés, conduite en état d’ébriété et voies de fait sur la mère de ses enfants. On y décrit également ses problèmes de consommation d’alcool et de drogues.

Au terme d’un procès devant jury, Eustachio Gallese avait été reconnu coupable de meurtre prémédité et avait écopé de 15 ans de pénitencier en décembre 2006.

L’an dernier, la Commission des libérations conditionnelles du Canada lui a accordé une semi-liberté.