Hausse du bilinguisme des jeunes âgés de 5 à 17 ans au Canada

Au Canada hors Québec, 65 % des jeunes qui étaient bilingues en 2006 l’étaient toujours en 2016.
Photo: Darryl Dyck Archives La Presse canadienne Au Canada hors Québec, 65 % des jeunes qui étaient bilingues en 2006 l’étaient toujours en 2016.

Il y a trois ans, 17,9 % des Canadiens ont déclaré pouvoir soutenir une conversation en français et en anglais, le pourcentage le plus élevé jamais enregistré au Canada, et les données démontrent que les jeunes sont plus susceptibles d’être bilingues ou de le devenir que leurs homologues plus âgés.

Statistique Canada rapporte lundi que de 2006 à 2016, le taux de bilinguisme parmi les jeunes âgés de 5 à 17 ans est passé de 16 % à 19 % à l’échelle nationale. En 2006, 17 % des 5 à 17 ans avaient une connaissance suffisante des deux langues officielles pour soutenir une conversation. Dix ans plus tard, alors qu’ils étaient âgés de 15 à 27 ans, leur taux de bilinguisme s’était élevé à 27 %.

L’agence fédérale a noté que le bilinguisme français-anglais chez les enfants et les jeunes canadiens variait d’une région du pays à l’autre et que l’acquisition et le maintien du bilinguisme étaient plus élevés chez les jeunes du Québec.

Ainsi, parmi les jeunes de la même cohorte qui résidaient au Québec, un peu plus du quart étaient bilingues en 2006 et 10 ans plus tard, les deux tiers d’entre eux l’étaient.

Le taux de maintien du bilinguisme français-anglais était plus élevé chez les jeunes du Québec qui étaient déjà bilingues en 2006. Ainsi, 94 % des jeunes qui étaient déjà bilingues en 2006 l’étaient en 2016, y compris ceux qui avaient le français comme langue maternelle.

Chez les jeunes résidents du Nouveau-Brunswick, le taux de bilinguisme est passé de 37 % en 2006 à 50 % en 2016.

Au Canada hors Québec, 65 % des jeunes qui étaient bilingues en 2006 l’étaient toujours en 2016. Cette proportion était plus faible parmi ceux dont la langue maternelle était l’anglais (61 %) ou une langue autre que le français ou l’anglais (46 %).

Les adolescents âgés de 14 à 17 ans en 2006 présentaient aussi des taux de maintien plus faibles au Canada hors Québec. Dans ce groupe d’âge, 50 % des adolescents de langue maternelle anglaise qui étaient bilingues en 2006 l’étaient toujours 10 ans plus tard.

Statistique Canada signale que la Loi sur les langues officielles stipule notamment que des efforts doivent être entrepris par le gouvernement du Canada afin d’encourager et d’appuyer l’apprentissage du français et de l’anglais. Le Plan d’action du gouvernement pour les langues officielles 2018-2023 vise également à faire passer le taux national de bilinguisme français-anglais à 20 % d’ici 2036.