Québec investira en priorité dans les CPE des quartiers défavorisés

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

Le ministre Mathieu Lacombe compte s’attaquer au « développement pratiquement sauvage » des garderies non subventionnées, surtout dans l’île de Montréal, en créant des centaines de places en centres de la petite enfance (CPE) dans les quartiers les plus défavorisés.

Le ministère de la Famille a déjà autorisé la création de 400 places en CPE dans quatre quartiers parmi les plus défavorisés de Montréal, qui ont les plus grands besoins en services éducatifs pour les tout-petits — Montréal-Nord, Saint-Michel, Parc-Extension et LaSalle.

Le Devoirrévélé lundi que la Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal recommande au gouvernement Legault d’investir en priorité dans ces quatre secteurs. Les quartiers les plus défavorisés ont proportionnellement 2,5 fois moins de places en CPE que les secteurs les mieux nantis de l’île de Montréal. Ces « iniquités » nuisent au développement des enfants les plus vulnérables, qui ont le plus besoin des services éducatifs offerts par les CPE, déplore la Santé publique.

Le ministre de la Famille est d’accord avec les constats des chercheurs de la DRSP. « Il y a eu un développement pratiquement sauvage dans les dernières années, sur l’île de Montréal particulièrement, où les garderies privées non subventionnées se sont multipliées », dit-il au Devoir.

« Sur la multiplication des garderies privées, le défi qu’on a, c’est de réparer ce qui a été fait dans le passé, de revenir à un modèle où on est capables de mieux planifier le déploiement du réseau de CPE et de garderies subventionnées aux côtés des garderies non subventionnées. On est en mode rattrapage. On a mis nos cartes à jour, on sait exactement où sont les besoins. On va prendre en considération les endroits où il y a le plus de jeunes avec des vulnérabilités, où l’indice de défavorisation est le plus élevé », a précisé le ministre.

Le gouvernement Legault compte respecter son engagement de créer 15 000 places en garderies subventionnées, en vaste majorité dans des CPE, d’ici les deux prochaines années ; 11 000 de ces places étaient « gelées » depuis des années pour des raisons budgétaires.

Les 4000 autres places sont attribuées ou en voie de l’être, indique le ministre.

Il est par ailleurs trop tôt pour dire combien de garderies privées non subventionnées (offrant 69 000 places) seront converties en garderies subventionnées, selon le ministre de la Famille. Il a annoncé la semaine dernière qu’un projet-pilote de conversion de places non subventionnées sera mis en place à compter de l’année 2020.

Chose certaine, « les garderies non subventionnées sont tellement surreprésentées sur l’île de Montréal qu’au moment où on se mettra à faire de la conversion, nécessairement il y en aura beaucoup qui sera faite sur l’île de Montréal », dit Mathieu Lacombe.