Le grand chef mohawk Serge Simon déplore la multiplication de «cabanes à pot» à Kanesatake

Les «cabanes à pot» se trouvent ces jours-ci au coeur d’une guerre de mots entre les responsables d’Oka et de Kanesatake.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les «cabanes à pot» se trouvent ces jours-ci au coeur d’une guerre de mots entre les responsables d’Oka et de Kanesatake.

La multiplication de « cabanes à pot » illégales à Kanesatake préoccupe le grand chef mohawk Serge Simon, qui dit se sentir démuni devant le problème. Tandis que la Sûreté du Québec (SQ) n’entend pas intervenir et juge cette situation « hypothétique », le chef réclame la création d’un corps de police autochtone pour sa communauté.

« C’est sûr que ça m’inquiète comme chef, je vois dégénérer la situation […] on est pris dans un méchant tourbillon », confie en entrevue le grand chef Simon. Malgré un moratoire, établi en 2009, interdisant toute nouvelle construction de cabanes de cigarettes et de cannabis, au moins une vingtaine d’individus auraient contourné les règles.

Ces boutiques se trouvent ces jours-ci au coeur d’une guerre de mots entre les responsables d’Oka et de Kanesatake. Le maire d’Oka, Pascal Quevillon, s’oppose à la rétrocession de terrains aux Mohawks, disant craindre pour la pérennité de sa municipalité, située à l’ouest de Montréal. Il soutient, entre autres choses, que la valeur des propriétés pourrait dégringoler devant l’apparition de cabanes vendant des cigarettes et du cannabis ici et là.

Si le grand chef Simon a fermement condamné les propos tenus par le maire Quevillon, il s’avoue lui aussi alarmé par la prolifération de « cabanes à pot » dans sa communauté. « La façon dont ces gars opèrent actuellement m’inquiète. Ils prennent des terrains, coupent les arbres et répandent leurs magasins », souligne-t-il.

Le grand chef s’inquiète de la présence de commerces de cannabis à proximité non seulement d’une garderie et d’une école primaire, mais aussi du centre de désintoxication de Kanesatake. « Ça, ça m’écoeure », lance-t-il.

Il soupçonne également les revendeurs de s’approvisionner à même l’agriculture illégale. « Ce sont des gars de notre communauté, qui sont probablement soutenus par des intérêts de l’extérieur […] L’agriculture illégale, il y en a toujours eu et je suis prêt à dire que c’est elle qui alimente les magasins de Kanesatake. Le commerce légal [SQDC], ils ont de la misère à s’approvisionner, alors comment les magasins ici pourraient être full stock ? » remarque-t-il.

À court de moyens

Le grand chef Simon se dit démuni face à la situation, puisqu’il n’a pas le pouvoir d’intervenir, notamment en raison de l’absence d’un corps de police, ce qui, selon lui, permet à ces individus d’opérer en toute impunité. « On pourrait avoir recours à la Cour supérieure du Québec ou à la Cour fédérale et aller chercher des injonctions et des mises en demeure, mais qui va les obliger à les respecter ? » demande-t-il. « La Sûreté du Québec est très limitée dans sa capacité d’intervenir », ajoute-t-il.

De son côté, la Sûreté du Québec a refusé de réagir directement aux propos du grand chef Simon. Questionné à savoir s’il pourrait intervenir pour forcer la fermeture de ces « cabanes à pot » illégales, le corps policier n’a pas voulu commenter « des situations hypothétiques », malgré la présence d’une vingtaine de ces magasins à Kanesatake.

« La Sûreté du Québec a effectivement la responsabilité de la patrouille dans ce secteur-là. On va continuer notre travail sur le territoire, mais on ne va pas s’immiscer dans le débat actuel », précise une porte-parole de la SQ, Geneviève Bruno.

Au ministère de la Sécurité publique (MSP), on « est au fait que du cannabis se vend encore illégalement au Québec », nous dit-on. « Il revient aux corps de police de faire enquête lorsque des infractions sont commises, a fait savoir une porte-parole, Louise Quintin. Le MSP ne s’immisce pas dans les enquêtes policières. »

La semaine dernière, dans le dossier des revendications territoriales secouant Oka et Kanesatake, le maire Pascal Quevillon exprimait le souhait de voir la Gendarmerie royale du Canada (GRC) assurer la sécurité dans la communauté mohawk. La GRC soutient néanmoins que c’est à la SQ que revient cette responsabilité.

Rappelons qu’au cours des derniers mois, le propriétaire privé Grégoire Gollin et le grand chef Serge Simon ont conclu une entente visant à restituer aux Mohawks un terrain de 60 hectares, dont une parcelle de la pinède qui a été au coeur de la crise d’Oka, en 1990. M. Gollin serait également prêt à vendre 150 hectares supplémentaires au gouvernement fédéral afin que celui-ci puisse à son tour les redonner aux Mohawks.

Pistes de solutions

Le grand chef Simon croit que deux éléments sont essentiels pour arriver à régulariser la situation entourant le cannabis à Kanesatake : consulter la population pour obtenir son avis sur la vente de ce produit et de ses dérivés sur le territoire, et créer un corps de police autochtone.

« On n’a pas eu la chance de se prononcer sur la question du cannabis parce qu’on n’avait pas les ressources pour mener des consultations sur cette question et nous n’avons pas non plus ici de corps de police pour faire appliquer les lois », explique-t-il.

Selon lui, l’implantation d’un corps de police autochtone pourrait se faire avec une aide financière de 1,4 million de dollars. « Le provincial nous a déjà répondu favorablement et pourrait assumer 48 % [des coûts]. Par contre, le fédéral ne donne pas suite à notre demande », indique-t-il. Au moment où ces lignes étaient écrites, le ministère canadien de la Sécurité publique n’avait pas été en mesure de répondre aux questions du Devoir.

La loi québécoise encadrant le cannabis permet aux communautés autochtones de conclure des ententes avec le gouvernement afin de réglementer elles-mêmes la vente du produit sur leur territoire. Une lettre a d’ailleurs été envoyée par Québec aux communautés pour les informer de cette possibilité. Or, aucune entente de cette nature n’a été convenue jusqu’à ce jour, selon le ministère de la Santé. « Conséquemment, seule la SQDC peut vendre du cannabis au Québec. La culture de cannabis à des fins personnelles est également interdite. »

L’impasse sur les revendications territoriales persiste à Oka

Malgré les tentatives de Québec et d’Ottawa pour rétablir le dialogue entre le maire d’Oka, qui s’oppose à la rétrocession de terres aux Mohawks, et le grand chef de Kanesatake, l’impasse persiste.

La rencontre prévue cette semaine était toujours compromise lundi. Le grand chef Serge Simon a répété que tant que le maire Pascal Quevillon n’aura pas reconnu ses torts, il est hors de question qu’il le rencontre.

« Tant qu’il ne s’excuse pas pour ses propos, je ne peux pas m’asseoir avec lui », a dit le grand chef Simon. La semaine dernière, le maire Quevillon a soutenu que la valeur des propriétés d’Oka pourrait dégringoler si les Mohawks récupéraient les terrains en question. Il a également prédit une nouvelle crise d’Oka, mais cette fois amorcée par les non-autochtones.

La ministre des Affaires autochtones du Québec, Sylvie D’Amours, a toujours espoir que les tensions s’apaisent. « Nous demeurons optimistes et maintenons notre invitation de réunir toutes les parties [pour] discuter et trouver ensemble des solutions gagnantes pour tous », a mentionné Mme D’Amours.

Au moment où ces lignes étaient écrites, le cabinet de la ministre fédérale des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, n’avait pas donné suite à notre demande d’entrevue.


À voir en vidéo