Le Canada a accueilli 30% des réfugiés réinstallés du monde en 2018, selon l’ONU

Plus de 18 000 réfugiés sont devenus citoyens canadiens l’année dernière, soit le deuxième taux le plus élevé dans le monde.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Plus de 18 000 réfugiés sont devenus citoyens canadiens l’année dernière, soit le deuxième taux le plus élevé dans le monde.

Alors que le nombre de personnes déplacées dans le monde atteint des sommets jamais vus depuis la Seconde Guerre mondiale, de nouveaux chiffres indiquent que le Canada a réinstallé plus de réfugiés l’année dernière que tout autre pays.

Le dernier rapport du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) indique que le nombre de personnes fuyant la guerre, les persécutions et les conflits dépasse maintenant les 70 millions — un record depuis les guerres du XXe siècle.

Environ 1,4 million de réfugiés avaient besoin d’une réinstallation en 2018, mais seuls 92 400 d’entre eux ont été réinstallés dans 25 pays, indique l’agence de l’ONU. Le Canada a accepté 28 100 réfugiés en vue d’une réinstallation permanente l’an dernier, soit une part de 30 %. Les États-Unis étaient deuxièmes avec 22 900 réfugiés réinstallés.

Les données montrent également que le Canada arrive deuxième dans le monde pour le nombre de réfugiés qui ont obtenu la citoyenneté — cette donnée permet de mesurer à quel point un pays intègre bien ses réfugiés. Au total, 18 000 réfugiés sont devenus citoyens canadiens l’an dernier, une augmentation substantielle par rapport à 2017, année où un peu plus de 10 000 réfugiés avaient été naturalisés. Ce nombre avait eu tendance à diminuer avec le temps.

Michael Casasola, haut responsable du HCR au pays, a estimé que le Canada était un chef de file en matière d’accueil des réfugiés, et que ce pays leur permettait aussi de s’épanouir par la suite.

Il a évoqué le programme de parrainage privé du Canada, qui permet la réinstallation des deux tiers des réfugiés au Canada. En offrant des soutiens communautaires directement fournis par les citoyens et les organisations caritatives, ce parrainage permet aux réfugiés de s’intégrer plus facilement dans leur communauté que les réfugiés parrainés par le gouvernement.

« L’approche du Canada en matière d’intégration fonctionne. Elle encourage l’intégration, encourage les réfugiés à faire partie intégrante de la société canadienne, éventuellement à obtenir la citoyenneté — parmi tous les immigrants qui arrivent au Canada, ce sont les réfugiés qui l’obtiennent le plus », a déclaré M. Casasola.

Le chemin Roxham

Mais tout n’est pas rose en matière d’accueil des réfugiés. L’afflux de demandeurs d’asile « irréguliers », entrés au Canada en empruntant une petite route entre l’État de New York et le Québec — le chemin Roxham —, est devenu un sujet de division, les politiciens conservateurs accusant ces « illégaux » de passer avant les autres demandeurs légitimes.

Le rapport du HCR montre que le Canada arrivait en neuvième place, en 2018, pour le nombre de nouveaux demandeurs d’asile, avec 55 400 demandes déposées. Plus de 19 000 de ces demandes venaient de personnes interceptées par la police fédérale pour être entrées de façon irrégulière au Canada — essentiellement par le chemin Roxham.

Cette augmentation globale du nombre de demandeurs d’asile au Canada a entraîné un retard important dans le traitement des demandes, et des problèmes de logement à Montréal et à Toronto. Mais les chiffres du HCR montrent que cette situation est bien loin des énormes vagues de réfugiés qui affluent vers d’autres pays. « Seulement 16 % des réfugiés dans le monde se trouvent dans des pays développés », a souligné M. Casasola.

« En réalité, la grande majorité des réfugiés se trouvent dans des pays “de première ligne”. Nous devons donc toujours faire preuve de prudence avec certains discours qui essaient de montrer que nous sommes “submergés”, alors que d’autres pays assument des responsabilités beaucoup plus grandes lorsque les réfugiés traversent leurs frontières. »

La Turquie a ainsi accueilli le plus grand nombre de réfugiés au monde en 2018, avec 3,7 millions ; le Pakistan en a accueilli 1,4 million et l’Ouganda, 1,2 million.

Le principal pays d’origine des réfugiés en 2018 était la Syrie, avec 6,7 millions de personnes qui avaient fui la guerre civile à la fin de l’année. Bien que ces réfugiés aient été accueillis par 127 pays sur tous les continents, la grande majorité d’entre eux — 85 % — sont demeurés dans des pays du Moyen-Orient.

M. Casasola s’est dit par ailleurs préoccupé par la montée d’un certain discours de fermeture à l’égard des demandeurs d’asile au Canada et dans d’autres pays. Alors que l’immigration devrait être un enjeu lors de la campagne électorale fédérale de cet automne, il espère que cette tendance ne se maintiendra pas.

« Il est déconcertant d’entendre un discours négatif sur les réfugiés alors qu’en réalité, nous savons que le modèle canadien en matière d’accueil et d’intégration fonctionne très bien », a-t-il soutenu. « Nous sommes toujours inquiets que les réfugiés deviennent en quelque sorte des boucs émissaires pendant une élection ou soient instrumentalisés comme paratonnerre, notamment lorsque beaucoup de ce que nous entendons n’est ni exact ni fondé sur des faits. »

Par exemple, alors que certains Canadiens s’inquiètent des « migrants irréguliers », leur nombre a légèrement diminué en 2018 par rapport à 2017, et jusqu’à présent cette année, ce taux a ralenti par rapport à la même période l’an dernier. « C’est pourquoi nous souhaitons que la population soit informée des succès des réfugiés, comment ils apportent une contribution au Canada », a souligné M. Casasola.
 



Une version précédente de ce texte, titrée «Le Canada a accueilli 30 % des réfugiés du monde en 2018, selon l'ONU», a été modifiée.