Une bibliothèque médicale «désespérément vide»

L’hôpital Notre-Dame a quitté le giron du CHUM à l’automne 2017.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’hôpital Notre-Dame a quitté le giron du CHUM à l’automne 2017.

Un grand hôpital montréalais est privé de bibliothèque médicale depuis près de deux ans à la suite d’une série d’imbroglios administratifs qui provoque le mécontentement au sein du personnel. Le local reste vide, même si trois employés figurent sur la liste de paye de la bibliothèque. Des dizaines de livres neufs accumulent la poussière dans des boîtes.

Quand l’hôpital Notre-Dame a quitté le giron du CHUM, à l’automne 2017, la bibliothèque de l’établissement a été vidée de son contenu — étagères, livres et équipements informatiques. Depuis, le local reste désert, même si la direction de l’hôpital a investi des milliers de dollars pour réaménager une bibliothèque « exemplaire » et acheter des livres.

Un nouveau rebondissement est survenu le mois dernier : la direction a annoncé au personnel que le local servirait de salle de réunion, et non plus de bibliothèque.

Cette décision est injustifiable pour plusieurs employés, compte tenu de la nécessité d’avoir une bibliothèque, des sommes investies jusqu’à maintenant et d’un détail technique crucial : le plancher de ce local a déjà été renforcé pour accueillir des centaines de livres — opération essentielle en raison du poids des documents.

« Quel gaspillage de fonds publics et quel manque de respect pour le personnel ! Tout ça pour faire une salle de réunion », lance une source bien au courant du dossier qui a demandé l’anonymat craignant des représailles. Cette personne n’en revient pas que le local reste « désespérément vide » après tous ces fonds investis pour aménager une bibliothèque.

Tout hôpital digne de ce nom doit avoir une bibliothèque pour permettre au personnel de se documenter et de rester à jour dans le domaine de la santé. La loi n’oblige pas les hôpitaux à avoir une bibliothèque, mais dans les faits, c’est un lieu incontournable.

« Le mandat de la bibliothèque médicale de l’hôpital de Notre-Dame est de soutenir la mission clinique et d’enseignement de l’hôpital et de tous ses employés. Elle fournit des ressources et des services documentaires afin d’appuyer les médecins, infirmiers, professionnels, employés, gestionnaires, étudiants ou stagiaires dans leurs activités cliniques, dans leur travail quotidien et dans leur développement continu », indique le site Web de l’établissement.

Transformation

Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal « ne remet aucunement en question l’importance d’avoir une bibliothèque », précise Justin Meloche, porte-parole de l’organisme. L’établissement de la rue Sherbrooke Est est devenu un véritable chantier de construction depuis sa transformation d’hôpital universitaire à hôpital de proximité, explique-t-il. Le nombre de lits est passé de 700 à 300. Plusieurs locaux changent de vocation, pas seulement la bibliothèque.

« On veut s’assurer d’utiliser ces pieds carrés là de la meilleure façon possible. En 2019, on n’a pas les mêmes besoins d’espace pour une bibliothèque avec l’informatisation des ressources », dit Justin Meloche.

Les gestionnaires cherchent encore un local pour la bibliothèque, indique-t-il. Il est trop tôt pour établir une date d’ouverture. Des travaux seront sans doute nécessaires pour renforcer le plancher de la pièce qui sera choisie pour héberger la bibliothèque.

D’ici là, une recherche dans la base de données de la bibliothèque montre que les 953 documents offerts sont peu accessibles : en cliquant sur un titre, on peut lire la mention « En traitement » en caractères rouges, ce qui signifie que les documents se trouvent dans des boîtes. Il est néanmoins possible d’emprunter des livres qui se trouvent dans une des 10 bibliothèques du CIUSSS.

D’autres titres sont offerts en ligne et restent accessibles. Une base de données met en lien 35 bibliothèques du réseau de la santé offrant 110 000 titres. Deux techniciennes en documentation et une bibliothécaire sont en poste à l’hôpital Notre-Dame et répondent aux demandes des usagers, même s’il n’y a pas de bibliothèque en bonne et due forme.

Au départ, lorsque l’hôpital Notre-Dame a été intégré au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, le projet était d’aménager une bibliothèque entièrement virtuelle, comme cela se fait ailleurs dans le réseau de la santé et des services sociaux. Une bibliothécaire a travaillé là-dessus plusieurs mois.

Il a ensuite été décidé que le budget ne serait pas récurrent. Impossible de s’abonner à long terme (et à gros prix) à des publications électroniques. La collection sera essentiellement sur support papier. Une consultante a travaillé neuf mois au coût de 35 000 $ à mettre en forme la bibliothèque. Le résultat de son travail reste à voir.