Cannabis: d'autres voix s’élèvent contre le relèvement de l’âge légal à 21 ans

Le nouveau gouvernement de la CAQ s’est engagé à revoir la loi encadrant le cannabis au Québec d’ici la fin de l’année afin de faire passer l’âge légal de consommation à 21 ans.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le nouveau gouvernement de la CAQ s’est engagé à revoir la loi encadrant le cannabis au Québec d’ici la fin de l’année afin de faire passer l’âge légal de consommation à 21 ans.

« Les groupes criminels vont applaudir cette mesure. » Au bout du fil, le professeur de criminologie Serge Brochu est catégorique : l’augmentation de l’âge légal, de 18 à 21 ans, envisagée par le gouvernement de François Legault dans son recadrage de l’usage du cannabis légal au Québec est « une très mauvaise idée » qui « ne va avoir aucun effet sur la consommation des jeunes ». Pis, elle risque de faire régresser la légalisation de cette substance au Québec, en allant même à l’encontre de la loi fédérale en la matière, estime le professeur, membre de l’Institut universitaire sur les dépendances.

« Les jeunes de 18 à 25 ans sont les plus grands consommateurs de cannabis, dit-il. En augmentant l’âge légal, cela va permettre au crime organisé de maintenir plus longtemps sa présence auprès de ce type de consommateurs. Qui plus est, les nouveaux consommateurs de 18 à 21 ans vont s’initier à cette consommation en passant également par le crime organisé, au lieu de commencer à intégrer le marché légal. Cela est contradictoire avec les objectifs de la loi », qui visent à soustraire le commerce de cette drogue des mains du crime organisé et à exposer les consommateurs de cannabis à un produit dont la qualité a été vérifiée.

Les nouveaux consommateurs de 18 à 21 ans vont s’initier à cette consommation en passant par le crime organisé, au lieu de commencer à intégrer le marché légal

Le nouveau gouvernement de la CAQ s’est engagé à revoir la loi encadrant le cannabis légal au Québec d’ici la fin de l’année afin de faire passer l’âge légal de consommation à 21 ans. L’amorce des travaux parlementaires cette semaine devrait donner le coup d’envoi à ce processus de révision.

« C’est une mesure qui va empirer le rapport des jeunes au cannabis au lieu de les protéger, en maintenant dans la criminalité un segment important de consommateurs, dit Line Beauchesne, qui enseigne la criminologie à l’Université d’Ottawa. La meilleure façon de protéger les jeunes, c’est de faire de la prévention et pour cela, il ne faut pas que le cannabis devienne un sujet tabou, pour que l’on puisse en parler ». Une perspective qui se complique, ajoute M. Brochu, chez des jeunes qui vont devoir se cacher trois ans de plus pour consommer du cannabis.

Le professeur émérite de l’École de criminologie de l’Université de Montréal fait d’ailleurs remarquer que cette drogue n’est que peu liée à des méfaits, contrairement à l’alcool, qui « reste la substance psychoactive la plus dangereuse pour soi et pour son entourage ». Il cite à ce sujet une étude publiée dans The Lancet en août dernier qui établissait que l’alcool à travers le monde était la plus néfaste des drogues en 2016. Au Québec, il faut avoir 18 ans pour en consommer légalement.

« En haussant l’âge légal à 21 ans, on fait comme dans les années 1950 avec l’avortement : on cherche à faire comme si ça n’existait pas, dit Mme Beauchesne. Or, on n’écrit pas les politiques publiques en écoutant les peurs de Monsieur et Madame Tout-le-Monde, mais plutôt les avis des experts sur ces questions. Et ces experts, à l’exception des psychiatres et de quelques médecins, sont presque tous d’accord avec l’adoption d’un âge légal à 18 ans. Au nom de la santé publique et de la lutte contre le crime. »

 
 

Une version précédente de cet article, qui affirmait que les professeurs Serge Brochu et Line Beauchesne étaient des criminologues, a été corrigée. Au Québec, le titre de criminologue est réservé aux membres de l’Ordre professionnel des criminologues du Québec (OPCQ).