Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Couillard au Vermont

    Couillard au Vermont

    Le premier ministre Philippe Couillard sera de passage à Stowe, au Vermont, aujourd’hui, pour la Conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l’Est du Canada.

    Chaque année depuis 1973 ― avec quelques exceptions ―, les dirigeants de six États américains (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island et Vermont) et de cinq provinces canadiennes (Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard et Québec) se rencontrent pour établir des liens politiques et économiques.

  • Ebola en RDC

    Ebola en RDC

    On pensait l’épidémie d’ebola bel et bien éliminée de la République démocratique du Congo (RDC), mais voilà que la maladie a refait surface ces derniers jours dans la région de Béni, tuant une trentaine de personnes. La RDC fait face à sa dixième épidémie d’ebola depuis l’apparition du virus sur son sol en 1976.

    Le directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la santé, Peter Salama, doit notamment faire le point sur la situation ce matin.

  • Duceppe à Ottawa

    Duceppe à Ottawa

    Le 13 août 1990, Gilles Duceppe est devenu le premier député souverainiste à faire son entrée à la Chambre des communes, élu sous la bannière du Bloc québécois. Il a remporté la circonscription montréalaise de Laurier–Sainte-Marie avec 70 % des voix, bien devant le candidat libéral Denis Coderre. Son parti venait d’être fondé trois semaines plus tôt.

    28 ans plus tard, la formation politique bat de l’aile. Le Bloc québécois doit se réunir cette semaine en conseil général pour discuter de l’avenir du parti à la suite du départ forcé de l’ancienne chef Martine Ouellet.

  • Un mur à Berlin

    Un mur à Berlin

    En se réveillant le 13 août 1961, les Berlinois découvrent à leur grande surprise qu’une ligne de fils barbelés a été créée pendant la nuit par les autorités de la République démocratique allemande (RDA). La capitale allemande est ainsi séparée en deux : d’un côté, la zone sous occupation soviétique, de l’autre, celle sous occupation des alliés (États-Unis, Grande-Bretagne et France). Le « mur de la honte », qui sera par la suite consolidé avec du béton sur une longueur de 43 km, sépare pendant des années de nombreuses familles. Il faudra attendre 1989 pour vivre la chute du mur de Berlin.