La canicule a fait au moins 17 décès au Québec

Des tout-petits trouvent des occasions de jeux à la place des Festivals de Montréal.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Des tout-petits trouvent des occasions de jeux à la place des Festivals de Montréal.

Douze décès à Montréal, cinq en Estrie : la canicule qui persiste depuis la fin de semaine continue d’affecter la population du sud du Québec.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal a confirmé un douzième décès en après-midi, mercredi. Un premier bilan effectué en début de journée faisait état de onze décès à Montréal depuis le début de la vague de chaleur.

Les personnes décédées correspondaient au profil des populations « vulnérables » (personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou de problèmes de santé mentale), a précisé le Dr David Kaiser, de la Direction de santé publique de Montréal. « Aucune d’entre elles n’avait la climatisation dans son domicile. »

Le CIUSSS de l’Estrie a quant à lui indiqué que cinq décès liés à la chaleur faisaient l’objet d’une enquête.

La hausse du volume d’appels à Urgences-santé, qui couvre Montréal et Laval, se maintenait encore à environ 30 % de plus que la moyenne. « C’est reparti de plus belle cet après-midi », a affirmé le porte-parole de l’organisation, Benoit Garneau.

« En 2010, malheureusement, on a eu une grande vague de chaleur qui a fait beaucoup de décès. De ça, on a appris et c’est pour ça qu’on est prêt et qu’on a lancé notre plan d’intervention dès vendredi, a souligné la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Je suis impressionnée et très satisfaite. Toutes les instances prennent ça très au sérieux. »

Hausse des visites à domicile

À Montréal, les services d’urgence ont rehaussé le nombre de visites de prévention à domicile et le nombre d’agents affectés à la tâche, triplant presque les objectifs.

La chef de section à la prévention au Service de sécurité incendie de Montréal, Louise Desrosiers, a indiqué que 15 000 visites ont ainsi été effectuées lundi et mardi par environ 300 policiers ou agents du service d’incendie, et qu’elles se sont poursuivies mercredi. Elles se déroulent de façon prioritaire dans des secteurs décrits comme des îlots de chaleur et où réside une clientèle vulnérable.

Une annonce faite mardi évoquait 6300 visites par 150 inspecteurs.

« On va continuer nos opérations tant et aussi longtemps qu’elles seront requises pour s’assurer de la sécurité de nos citoyens sur notre territoire », a déclaré Mme Desrosiers.

Lors de ces visites, les agents vérifient entre autres l’état de santé des résidents et s’ils ont la climatisation, en plus de s’assurer que les gens connaissent les lieux où ils peuvent aller se rafraîchir et de rappeler les consignes de base pour affronter la chaleur.

Un suivi supplémentaire peut aussi être effectué ultérieurement auprès des personnes seules et ayant peu de soutien de leurs proches.

Un document est laissé aux citoyens absents au moment de la visite. Cette affiche, illustrée avec des pictogrammes, facilite le contact avec les citoyens qui ne parlent ni anglais ni français.

Encore 24 heures de temps chaud

Il a fait 34 °C à Montréal, 32 °C à Sherbrooke et 31 °C à Québec, mercredi.

Jeudi, le mercure devrait continuer à grimper autour de 32 °C et 33 °C sur l’ensemble du Québec, avec un humidex de 41 à 44, a affirmé Alexandre Parent, météorologue à Environnement Canada. « L’air sera plus pesant ». À Montréal, on prévoit 35 °C avec un humidex de 46.

Des orages sont à prévoir dans la nuit de jeudi à vendredi sur l’ensemble du Québec. Des vents violents et la grêle seront peut-être aussi au rendez-vous. La température baissera à ce moment. « Vendredi matin, en allant travailler, les gens vont sentir une masse d’air différente », indique M. Parent.

Mais d’ici là, la vigilance est encore de mise, a rappelé le Dr David Kaiser, précisant que l’impact de la chaleur est cumulatif. « Ce sont les 24 heures où les gens sont plus à risque, où ils vont subir les plus lourds impacts sur leur santé. » Le Dr Kaiser insiste sur l’importance de faire preuve de solidarité et de continuer à s’assurer du bien-être de son entourage.