Attentat de Québec: Bissonnette est réhabilitable, plaident ses défenseurs

Alexandre Bissonnette a déjà plaidé coupable pour les six meurtres et les nombreux blessés graves qu’il a faits en attaquant la mosquée de Québec le 29 janvier 2017.
Photo: Mathieu Bélanger Archives La Presse canadienne Alexandre Bissonnette a déjà plaidé coupable pour les six meurtres et les nombreux blessés graves qu’il a faits en attaquant la mosquée de Québec le 29 janvier 2017.

Les avocats qui défendent Alexandre Bissonnette estiment que son profil ne correspond pas à ce que le gouvernement du Canada avait en tête quand il a décidé en 2010 de permettre aux tribunaux de condamner des meurtriers à des peines cumulatives de 25 ans par vie enlevée.

« On fait référence à des gens sans remords, à des tueurs en série sans remords », a dit lundi Me Charles-Olivier Gosselin dans sa plaidoirie sur la peine au palais de justice de Québec. « L’intention du législateur, a-t-il ajouté, était de viser des gens qui ne sont pas réhabilitables. »

La décision de modifier le Code criminel a été prise en 2010 sous le gouvernement de Stephen Harper. Depuis son entrée en vigueur, la plus longue sentence cumulée à avoir été imposée est de 75 ans (pour le meurtre de trois policiers à Moncton par Justin Bourque).

Or, les avocats d’Alexandre Bissonnette estiment que son cas est « différent » de celui de Justin Bourque parce qu’il s’est livré à la justice très rapidement alors que Bourque a été arrêté 28 heures après le début de la tuerie

Les deux hommes ont en outre des profils différents, a fait valoir Me Jean-Claude Gingras de l’équipe de Me Gosselin. Bourque était « un individu qui voulait simplement contester les autorités, notamment policières; c’est ça qui a nourri le passage à l’acte », a-t-il avancé. « Ce n’est pas nécessairement une souffrance du même type que celle de M. Bissonnette. »

La défense réclame une peine de 25 ans avec possibilité de réhabilitation. Alexandre Bissonnette a déjà plaidé coupable pour les six meurtres et les nombreux blessés graves qu’il a faits en attaquant la mosquée de Québec le 29 janvier 2017.

La défense dit ne rien minimiser

Lundi, certains membres des familles des défunts étaient présents dans la salle, dont la veuve d’Azzedine Soufiane et la fille du professeur Belkacemi. La salle était toutefois loin d’être bondée, comme ce fut le cas lors des témoignages en avril dernier.

Au début de sa plaidoirie, Me Gosselin a voulu souligner « la gravité des gestes » commis par son client. « Nos représentations n’auront jamais l’effet de minimiser les impacts autant sociaux parfois même politiques et sur les nombreuses victimes », a-t-il dit.

« Si M. Bissonnette obtient une libération conditionnelle — peu importe le moment où il l’obtient —, il sera soumis pour le restant de ses jours à des conditions qui peuvent être très restrictives », a poursuivi l’avocat.

Dans 25 ans, Alexandre Bissonnette aura 53 ans. Ses avocats ont répété qu’il pourrait alors être réhabilitable. « Tous les troubles de personnalité se traitent », a-t-on notamment fait valoir. La plupart des psychiatres qui ont évalué l’homme de 28 ans s’entendent pour dire qu’il a un profil de « narcissique fragile ».

Me Gosselin a souligné à plusieurs reprises que M. Bissonnette était quelqu’un qui souffrait beaucoup et qu’il avait exprimé des regrets.

Il a aussi invité le juge à ne pas trop tenir compte de la teneur raciste de son crime, facteur qui peut être aggravant au moment de déterminer la peine d’un meurtrier.

« Son crime n’était pas motivé par des préjugés raciaux, mais ces préjugés ont aidé à le justifier », a-t-il expliqué.

L’avocat a aussi voulu mettre en avant l’humanité de l’accusé qui, contrairement à ce qu’avaient affirmé des témoins, n’était pas « professionnel » et « méthodique » lors de la tuerie. Son incapacité à défaire le cran de sûreté de son arme le démontre, a-t-il plaidé en ajoutant qu’il avait eu besoin de l’effet « désinhibant de l’alcool » pour tuer.

Alexandre Bissonnette n’a pas visé les enfants, a-t-on aussi avancé. Lors des témoignages en avril, des témoins avaient souligné que des impacts de balles avaient été trouvés dans la vitrine au nord de la mosquée, dans un axe où se trouvaient des enfants. Or, Me Gosselin a fait valoir que ces balles avaient d’abord ricoché à partir du sol.

Il a également voulu minimiser l’importance de l’échange du tueur avec l’intervenante Guylaine Cayouette, au cours duquel Bissonnette avait dit regretter de ne pas avoir tué plus de gens. Au juge qui a semblé à un certain moment sceptique, il a demandé de ne « pas écarter complètement les regrets, la honte qu’il a exprimés de par l’unique déclaration qu’il a faite à Mme Cayouette dans les circonstances qui ont été décrites ».

Les observations sur la peine se poursuivent mardi avec la conclusion de la plaidoirie de la défense et la présentation de celle de la Couronne. Le juge a réservé des plages horaires au dossier jusqu’à jeudi. Sa décision sur la peine doit être rendue à l’automne.