Michel Venne accusé d'agression sexuelle

Les faits qui sont reprochés au fondateur et ancien directeur de l’INM remontent à l’été 2008 et se seraient produits dans la ville de Québec.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Les faits qui sont reprochés au fondateur et ancien directeur de l’INM remontent à l’été 2008 et se seraient produits dans la ville de Québec.

L’enquête policière menée sur l’ancien journaliste et directeur de l’Institut du Nouveau Monde (INM) Michel Venne a conduit au dépôt de deux chefs d’accusation d’agression sexuelle et d’exploitation sexuelle.

Les faits qui sont reprochés au fondateur et ancien directeur de l’INM remontent à l’été 2008 et se seraient produits dans la ville de Québec.

« Entre le 1er juillet et le 31 août 2008, à Québec, à des fins d’ordre sexuel, [Michel Venne] a touché une partie du corps de [la victime] », peut-on lire dans le mandat d’arrestation. La victime alléguée était une « adolescente vis-à-vis laquelle il était en situation d’autorité ou de confiance », précise le document, faisant ici directement allusion au chef d’accusation d’exploitation sexuelle.

L’ancien journaliste du Devoir est aussi accusé d’avoir agressé sexuellement la victime alléguée durant la même période alors qu’il était directeur de l’INM.

Il est désormais interdit à l’homme de 58 ans de communiquer directement ou indirectement avec la victime ainsi que deux témoins. On doit taire l’identité de la victime, car elle était mineure au moment des faits allégués.

Les documents de cour indiquent qu’un mandat d’arrestation a été lancé contre M. Venne le 31 mai dernier. La date de sa comparution n’est toutefois pas encore déterminée.

Dans la foulée du mouvement #MoiAussi, des dénonciations d’inconduites sexuelles avaient ciblé Michel Venne. M. Venne avait à l’époque nié ces allégations sur sa page Facebook.

Il avait alors annoncé un certain retrait de la vie professionnelle : « Entre-temps, je suspends mes activités professionnelles et mes collaborations avec les organisations avec lesquelles je suis lié, en particulier l’Institut du Nouveau Monde, dont j’ai quitté la direction générale en mars dernier. »

Les faits qui sont reprochés au fondateur et ancien directeur de l’INM remontent à l’été 2008, et se seraient produits dans la ville de Québec.