Attentat de Québec: des victimes réclament la prison à vie pour Bissonnette

Mohamed Khabar, 43 ans, n’a pas été en mesure de reprendre son emploi de barbier à la suite des blessures qu’il a subies, étant incapable de rester debout durant de longues périodes.
Photo: Francis Vachon Le Devoir Mohamed Khabar, 43 ans, n’a pas été en mesure de reprendre son emploi de barbier à la suite des blessures qu’il a subies, étant incapable de rester debout durant de longues périodes.

Des proches et des victimes de l’attaque du 29 janvier à la grande mosquée de Québec ont demandé au juge François Huot de faire en sorte qu’Alexandre Bissonnette ne puisse jamais sortir de prison.

« Ce dont je me soucie et qui me terrifie le plus, et ce, jusqu’à la fin de mon existence, c’est qu’un jour viendrait où l’on annoncerait qu’[il] puisse voir sa peine allégée ou puisse être libéré, et de ce fait, blanchi de ces atrocités », a déclaré Louiza Mohamed Saïd, la veuve d’Abdelkrim Hassane, l’un des six hommes tués ce soir-là.

« La venue de ce jour serait une seconde mort pour nos victimes et pour ceux qui ont été épargnés. Une mort sans paix pour nos disparus », a ajouté la femme dans une lettre qu’elle a lue devant le juge.

M. Hassane était père de trois petites filles, dont la plus jeune avait deux ans lors du drame. Des sanglots dans la voix, Mme Saïd a lancé que sa dernière « n’aura aucun souvenir de son papa ».

Le juge Huot entend ces jours-ci les témoignages des victimes dans le cadre des observations sur la peine d’Alexandre Bissonnette. Ce dernier ayant plaidé coupable, on sait déjà qu’il subira un minimum de 25 ans de prison. Or le cumul de ses crimes l’expose à une peine pouvant atteindre 150 ans sans possibilité de remise en liberté.

Mardi, Mme Saïd n’est pas la seule à avoir demandé au juge d’empêcher que M. Bissonnette puisse un jour sortir de prison. Saïd el-Amari, l’un des blessés qui ont survécu, a fait une demande similaire.

« Je suis effrayé à l’idée qu’une telle personne avec un tel esprit tordu se retrouve dans la même société que moi d’ici 25 ans ou se retrouve avec mes enfants. Alors, je vous demande de faire le nécessaire pour que ça n’arrive pas », a-t-il lancé.

M. el-Amari a reçu une balle à l’abdomen et une balle au genou quand Alexandre Bissonnette a ouvert le feu dans la mosquée. Dans son témoignage, ce père de quatre enfants a fondu en larmes en évoquant le meurtre de son ami Azzedine Soufiane, qui a péri en essayant de barrer le chemin à Alexandre Bissonnette. « Il y a toujours ce remords. Est-ce qu’on aurait pu aller l’aider ? Ça me ronge toujours. Est-ce qu’on n’aurait pas dû y aller lui donner un coup de main ? »

À la fin de son témoignage, le juge a cherché à l’apaiser à cet égard. « Vous n’avez absolument aucun remords à éprouver, a-t-il dit. La très grande majorité d’entre nous, nous aurions eu exactement les mêmes réflexes que vous. »

Des vies brisées

La Couronne doit présenter au total 11 témoins dans le cadre des observations sur la peine. Qu’il s’agisse de survivants ou de proches des victimes, tous avaient beaucoup de choses à dire au juge. Plusieurs lui ont écrit des lettres qu’ils lisent à haute voix devant la cour.

Jusqu’à présent, la défense n’a contre-interrogé aucun d’entre eux et le juge leur a laissé tout le temps qu’ils souhaitaient pour se vider le coeur. Un exercice « nécessaire » et « primordial » pour le juge François Huot. « Je souhaite que les choses se fassent avec le plus de sérénité possible », a-t-il déclaré à la fin de la journée mardi. « Je ne veux pas non plus bousculer les gens et limiter leur temps d’intervention. »

Les témoins qui défilent à la barre relatent l’un après l’autre le quotidien de leurs vies brisées. En matinée, Saïd Akjour, un survivant de 45 ans, a raconté comment le traumatisme de cette soirée le suivait partout. « Moi, le danger, je le vois même ici, même si on est en sécurité. […] Je fais des scénarios, des scénarios d’intervention. Comment réagir ? Est-ce qu’il y a présence d’enfants ? Comment les protéger ? »

Depuis le drame, M. Akjour a vendu sa maison et est présentement en processus de séparation avec sa conjointe. Il a mis dix mois avant de reprendre son travail comme préposé aux bénéficiaires, mais le coeur n’y est plus comme avant et il dit songer à faire autre chose. Quant à son petit garçon de sept ans, il vit aussi avec de nouvelles peurs. « Il me cherche toujours dans la maison même si je suis toujours là. […] Si j’ai les yeux fermés, il regarde si je respire encore. » Lorsque le juge lui a demandé s’il avait des commentaires à faire sur la peine à donner à Alexandre Bissonnette, il a rétorqué qu’il faudrait qu’elle « décourage toutes les personnes » qui songeraient à agir de la même manière.

« L’effroi et le néant habitent ma vie »

Hakim Chambaz n’a pas été atteint par les balles mais il a vu plusieurs de ses amis se faire tuer (il connaissait bien MM. Belkacemi, Hassane et Tahiti, notamment). « L’effroi et le néant habitent ma vie et continuent à me hanter depuis cet événement tragique », a dit au juge ce fonctionnaire de 55 ans dans une lettre lue devant lui. « Mes frères ont été exécutés froidement et lâchement avec une cruauté délibérée et intentionnelle. »

C’est M. Chambaz qu’on voit dans la vidéo des caméras de surveillance attraper une fillette pour la mettre à l’abri. «Je l’ai tirée vers moi et j’ai fait de mon mieux pour la placer derrière la colonne. »

Le dernier témoin de la journée, Mohamed Khabar, 43 ans, a quant à lui été atteint au genou et au pied le soir du 29 janvier. Encore aujourd’hui, des douleurs chroniques l’empêchent de dormir la nuit et il n’a pas pu reprendre son travail de barbier. « Mon métier demande de rester debout et moi, je n’en suis pas capable à cause des projectiles qui ont laissé des débris dans mon pied. »

Comme plusieurs autres, il a profité de son témoignage pour exprimer son désarroi face à ceux qui éprouvent de la peur ou de la haine envers les musulmans. « Il y a des médias qui disent n’importe quoi sur les musulmans et il y a des gens qui les croient ! On veut vivre ensemble avec le monde. On n’a pas quitté le Maroc, fait 8000 km pour venir ici faire du terrorisme ! » a-t-il lancé.

Les observations sur la peine reprennent mercredi avec cinq autres témoignages présentés par la Couronne. La semaine prochaine, ce sera au tour de la défense de présenter ses arguments.