Les travailleurs sociaux sont aussi au bout du rouleau

Plusieurs travailleuses sociales se sentent par ailleurs coincées entre le respect de leur code de déontologie et les exigences de leur travail.
Photo: Getty Images Plusieurs travailleuses sociales se sentent par ailleurs coincées entre le respect de leur code de déontologie et les exigences de leur travail.

Les travailleurs en services sociaux ajoutent leur voix au cri de détresse lancé par les infirmières. Le surmenage vécu par ces dernières est également leur pain quotidien depuis la réforme Barrette, clament-ils.

Depuis le cri du coeur d’Émilie Ricard, cette jeune infirmière en CHSLD, le RECIFS, un regroupement de travailleurs en services sociaux, a reçu une vague de témoignages sans précédent de la part d’employés surmenés. « Ils se sont dit : “Nous aussi, ça n’a pas de bon sens”», relate sa présidente, Marjolaine Gaudreau.

Cet état d’épuisement est attribué à la réforme du réseau de la santé du ministre Gaétan Barrette. « J’en ai vu des réformes, mais celle-là est destructrice », martèle Mme Gaudreau, qui oeuvre dans le domaine depuis plus de 35 ans.

Transferts en GMF

Parmi les impacts de cette réorganisation du réseau de la santé, elle cite la réduction des effectifs en CLSC en raison du transfert de personnel vers les groupes de médecine de famille (GMF). « Ils ont transféré dans plusieurs cas la moitié des travailleurs sociaux d’une équipe en spécifiant que ça allait amoindrir la tâche dans les CLSC, ce qui n’est pas le cas », atteste Mme Gaudreau.

Trois travailleuses sociales ont accepté de témoigner à condition que nous protégions leur identité par crainte de représailles.

« Avec la réforme, je suis restée seule dans mon secteur à temps plein », témoigne Chantal, travailleuse sociale au Saguenay–Lac-Saint-Jean présentement en congé de maladie.

Chantal intervient auprès de cas lourds. « On parle de tentatives de suicide, d’hospitalisations psychiatriques, de cas de violence homicidaire… énumère-t-elle. Ce sont des gens extrêmement souffrants et à risque. » Si la vie d’un de ses patients est en danger, elle doit tout mettre sur pause pour se consacrer à ce cas prioritaire. « Ça peut prendre plus de trois jours », dit-elle. Or, son employeur exige qu’elle rencontre quotidiennement quatre patients. « Après, on me dit que je ne suis pas performante », laisse-t-elle tomber, déplorant l’évaluation quantitative de son travail.

Cette pression de performance cause de plus de plus de départs en congé de maladie, constate Lise, une travailleuse sociale de la région de Montréal.

Je suis dans le milieu depuis 20 ans, et je n’ai jamais vu un si haut taux de détresse psychologique

 

Pour sa part, Martine revient tout juste d’un arrêt de travail de six mois après avoir songé à changer de carrière. Par passion pour son métier, elle a choisi de rester. « Ce ne sont pas l’emploi et les tâches de travail social qui me posent problème, c’est toute la gestion et l’encadrement qui épuisent », dit-elle.

Entre l’arbre et l’écorce

Plusieurs travailleuses sociales se sentent par ailleurs coincées entre le respect de leur code de déontologie et les exigences de leur travail. « On est pris entre l’arbre et l’écorce. On se retrouve à devoir faire le choix entre rencontrer un patient ou remplir des documents administratifs », dénonce Marjolaine Gaudreau, précisant que cette situation amène « de plus en plus de sanctions de la part de l’Ordre [des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, OTSTCFQ] ».

« On a des vies entre les mains », souligne Chantal, qui se qualifie de « rebelle », car elle priorise l’aide aux patients à la reddition de comptes exigée par le ministère. « Il est hors de question que je mette en danger les clients. Je veux pouvoir dormir en me disant que j’ai fait de mon mieux et que, s’il arrive quelque chose, je n’ai rien à me reprocher. »

Du côté de l’OTSTCFQ, on se montre très préoccupé par la réalité des travailleuses sociales. « La dernière réforme n’a pas du tout tenu compte des exigences du métier », affirme sa présidente, Guylaine Ouimette, qui soutient que les sanctions ne concernent qu’une minorité de ses membres.

« L’enjeu des conditions de travail du personnel du réseau est prioritaire pour nous […] Nous avons l’intention de nous en occuper de la façon la plus positive et constructive possible », a pour sa part indiqué au Devoir l’attachée de presse du ministre Barrette.

La mobilisation pour les infirmières se poursuit

Les actions pour soutenir les infirmières se multiplient. Des États généraux de la santé se tiendront à Montréal ce vendredi. Dimanche, la Fédération de la santé du Québec (FSQ-CSQ) a lancé la campagne Coeur brisé, qui invite la population à épingler un coeur brisé sur leur vêtement pour afficher leur soutien envers les travailleurs de la santé. Enfin, trois syndicats doivent entreprendre « un recours exceptionnel » à cet effet mardi.


À voir en vidéo