De nouveaux actes «contre la gentrification» dans Hochelaga-Maisonneuve

Une affiche placardée à la place Valois, dans Hochelaga-Maisonneuve
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Une affiche placardée à la place Valois, dans Hochelaga-Maisonneuve

Le quartier Hochelaga-Maisonneuve a encore une fois été la cible de gestes de militants opposés à la « gentrification » du secteur. Mais au lieu de vitrines fracassées, ce sont plutôt des dizaines d’affiches annonçant une « manifestation festive et turbulente » qui ont été placardées.

Sur la rue Ontario Est, jeudi, plusieurs commerçants tentaient de retirer les affiches apposées visiblement au cours de la nuit dernière par des militants qui dénoncent l’embourgeoisement de ce quartier historiquement défavorisé de Montréal.

Les affiches ont été collées sur des lampadaires et des murs, tout au long de l’artère commerciale. Les vitrines de différents commerces ont également été ciblées. C’est le cas de l’Antidote café, un petit commerce dont la vitrine a déjà été fracassée, de même que graffitée.

Ces affiches annoncent un « Festival contre la gentrification » le 6 mai prochain, de même qu’une « manifestation festive et turbulente » le 7 mai. Dans les deux cas, les événements se veulent « contre la gentrification » d’Hochelaga-Maisonneuve. Les affiches suggèrent d’ailleurs de visiter le site chlag.info, alimenté par le « Comité hochelaguien de lutte anti-gentrification ».

Craintes

Le Devoir a contacté le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour savoir si ces incidents ont été rapportés et si des individus ont été interpellés relativement à ces événements. En fin de journée, jeudi, le SPVM n’avait toujours pas répondu à ces questions.

Des commerçants rencontrés jeudi ont refusé d’être cités ou nommés, disant craindre que leur commerce soit ciblé par les militants. Ils ont également dit craindre la « publicité » accordée en évoquant ces actes dans un article publié par Le Devoir.

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que ce quartier de l’est de Montréal est ciblé par des actes de vandalisme perpétrés par des militants disant lutter contre la « gentrification » et l’embourgeoisement d’Hochelaga-Maisonneuve. Le SPVM a recensé plus d’une vingtaine de ces actes au cours de la dernière année.

Dans certains cas, des vitrines ont été fracassées. L’intérieur de certains commerces, dont deux artisans qui restaurent des meubles, a également été aspergé de peinture en novembre dernier.

Dans ce cas, un groupe anarchiste anonyme avait revendiqué le geste. « Nous ne laisserons pas ces boutiques s’installer en paix — cette paix de façade qui n’est autre que l’invisibilisation de la guerre en cours contre les pauvres et les marginaux.ales. Nous ne les laisserons pas faire monter les prix de nos loyers, et participer au nettoyage social qui vient nécessairement avec leur clientèle bon chic bon genre », avait alors prévenu le groupe.

Même si une enquête a officiellement été ouverte au cours des derniers mois, le SPVM n’a jusqu’ici procédé à aucune arrestation relativement à ces actes.

À voir en vidéo