Le français reculera comme langue maternelle d’ici 2036

Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

Des données révélées mercredi par Statistique Canada soulèvent des questions quant à la place du français dans les foyers d’ici 2036.

1. Un recul de presque 10 points de pourcentage au Québec

Selon les projections du document Projections linguistiques pour le Canada, 2011 à 2036, le poids démographique de la population de langue maternelle française au Québec devrait passer de 79 % en 2011 à une proportion oscillant entre 69 % et 72 % en 2036.

2. Sous la barre des 20 % à l'échelle du Canada

À l’échelle canadienne, cette proportion devrait chuter de 21,3 % en 2011 à un taux se situant entre 17 % et 18 % en 2036.

3. Une baisse dramatique hors Québec

La précarité du français à l’extérieur de la Belle Province est aussi inquiétante: la proportion de francophones hors Québec devrait passer de 3,8 % en 2011 pour s’établir à environ 2,7 % en 2036.

Pour saisir l'importance de cette baisse, il faut la mettre en perspective: 1,1 % de la population canadienne représentait en 2013 environ 380 000 personnes.

L'anglais aussi perd des plumes

Les projections des chercheurs René Houle et Jean-Pierre Corbeil révèlent également que la langue anglaise connaîtra un déclin important dans l’ensemble du territoire canadien.

Ainsi, le poids démographique de la population de langue maternelle anglaise au pays dégringolera de 58,7 % en 2011 à un seuil se trouvant entre 52 % et 56 % en 2036. Cette chute est attribuée, par les auteurs de l’étude, à l’accroissement de l’immigration qui deviendra le « principal moteur de croissance démographique au Canada ».

Alors que les immigrants représentaient 20 % de la population canadienne en 2011, ce taux devrait se hisser à 26 %, voire 31 %, au cours des deux prochaines décennies.



À voir en vidéo