La démographie du Québec en 5 graphiques

Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

Le visage du Québec continue de changer, petit à petit, constate-t-on à la lecture du bilan démographique 2015 de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) publié mercredi.


1. 8 326 100 de Québécois

Le poids du Québec dans le Canada continue de chuter, étant maintenant bien en deçà des 25 %. En date du 1er juillet 2016, la population de la province franchissait la barre des 8 326 100 habitants.

 

2. 50 000 personnes de plus en un an
La population totale de la province a crû d’à peine 0,61 %, soit de 50 000 personnes. L’ISQ explique en partie cette faible croissance par une légère baisse du rythme de l’immigration. Malgré tout, les néo-Québécois continuent de prendre le relais de l’accroissement naturel. La province arrive d’ailleurs deuxième au Canada, derrière l’Ontario, quant à la part d’immigrants admis en 2015, soit 18 %.


3. Le visage de l'immigration

Bien que les origines de ces nouveaux arrivants soient diverses, c'est toujours de la France qu’arrive une importante part d’entre eux. Suivent la Chine, l’Iran et la Syrie. Les données du premier semestre 2016 montrent toutefois que les immigrants en provenance de Syrie ont devancé les nouveaux arrivants français.

4. Plus de décès, moins de naissances 


La croissance anémique de la population s’explique surtout par un pic des décès, combiné à une diminution du nombre de naissances.

L’indice de fécondité se chiffre maintenant à 1,60 enfant par femme, tandis que 86 800 bébés ont vu le jour au Québec en 2015 – un recul de 1 % par rapport à 2014. La proportion de naissances hors mariage se situe par ailleurs à 63 %.

5. Plus d'Emma et de Thomas

Dans le palmarès des prénoms les plus populaires chez les nouveau-nés en 2015, William a maintenant un rude compétiteur chez les garçons : Thomas. Les deux noms ont été donnés 754 fois. Chez les filles, Emma règne en maître ; le nom a été donné à 615 poupons pendant la même année.

À voir en vidéo