Sans médias indépendants, la liberté de presse ne sera plus

Le directeur du «Devoir», Brian Myles, réclame un nouveau soutien de l'État.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Le directeur du «Devoir», Brian Myles, réclame un nouveau soutien de l'État.

Elle est pigiste au Devoir depuis trente ans ; il en est le directeur depuis trois mois. Mais tant Josée Blanchette que Brian Myles portaient tous deux leur chapeau de journaliste mercredi soir pour plaider la cause d’une liberté de presse mise à mal.

« Les tentatives de heurter la liberté de presse sont nombreuses. Mais que voudra dire cette liberté de presse le jour où nous n’aurons plus de médias nationaux dits indépendants ? » a demandé le directeur Myles devant un parterre réuni lors d’une soirée-conférence portant sur la liberté de la presse. « Faudra-t-il avoir un genou par terre pour que l’État se réveille et qu’il réalise qu’il a échappé le ballon de la qualité ? »

Sur fond de crise des médias, Brian Myles a de nouveau plaidé pour un soutien de l’État, expliquant qu’il allait s’affairer au cours des prochaines semaines à « rencontrer les décideurs publics pour les sensibiliser à l’importance de soutenir les médias », notamment pour permettre d’emprunter le virage numérique.

« On ne demande pas d’être sous perfusion étatique », a-t-il exposé, plaidant plutôt pour de l’« oxygène » équivalant à celui dont bénéficient déjà des acteurs de l’industrie culturelle (exemption de taxe, crédit d’impôt, fonds d’aide transitoire).

Sur la même tribune, la chroniqueuse Josée Blanchette a plus tard expliqué comment son expérience de journaliste abonnée à la liberté se heurtait désormais à de nouvelles tentatives d’étouffement. « Les chiens de garde de la démocratie trouvent que leur laisse est de plus en plus courte : on les étrangle. »


«Devoir de plaire »

Comment ? Des tarifs de pige maigrelets qui obligent la multiplication des commandes et le peu d’approfondissement des histoires. Le « conformisme social » commandé par les réseaux sociaux : « On ne montre plus aux gens que ce qu’ils veulent lire ou entendre. »

Et encore la langue de bois, la rectitude politique, la peur des poursuites en diffamation, la « course aux “j’aime”, au nombre de votes par article ». « Nous risquons de devenir complaisants, car nous avons le devoir de plaire », dit l’éternelle pigiste, qui note aussi une répartie implacable des lecteurs qui n’ont pas aimé l’utilisation de tel ou tel mot, jugé choquant. « Le Far Web nous oblige à porter des gilets pare-balles sur nos avatars souriants », dit-elle en prose toute Blanchette.

Presse étudiante primée

La soirée organisée par la Fondation des Amis du Devoir a permis de remettre les honneurs aux gagnants du concours du Devoir de la presse étudiante

Niveau collégial

Le Trouble-tête, du cégep de Saint-Jérôme

Niveau universitaire (deux prix ex aequo)

L’Artichaut, le magazine de la Faculté des arts de l’UQAM

Le Délit, de l’Université McGill
5 commentaires
  • Yvon Giasson - Abonné 5 mai 2016 07 h 25

    Je me permets un petit ajout

    « On ne montre plus aux gens que ce qu’ils veulent lire ou entendre. »

    J'ajouterais qu'on ne montre aux gens que le visage imaginaire collectif qu'ils entretiennent d'eux plutôt que celui qu'ils ils ont vraiment.

  • Hélèyne D'Aigle - Inscrite 5 mai 2016 08 h 32

    " vaste noirceur éblouissante . . . " ( Gaston Miron )


    Continuons tous , à résister à l'insidieuse complaisance ,

    à la langue de bois , et à favoriser un second regard des médias.

    Devoir-oblige !

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 5 mai 2016 12 h 24

    Quand on devient..."soldat" par choix de carrière

    @ J.B. il faut s'attendre à recevoir ...des coups.

    On ne vous demande pas de faire dans la complaisance...
    On veut avoir le droit de dire ce que l'on pense ...
    le juste milieu de la liberté raisonnable devant être...la conscience.

    Le motto du Devoir étant libre de penser...

  • Jocelyne Bellefeuille - Abonnée 5 mai 2016 17 h 45

    La langue de bois

    Dans le journalisme, on vit de plus en plus dans un monde de langue de bois, soumis aux dictats de la majorité qui tente de faire taire la minorité.

    Il ne faut pas déranger et ne pas déplaire à l'establishment des affaires et de la politique. Il faut garder le peuple dans l'ignorance et l'empêcher de réfléchir.

    Ainsi, c'est plus facile de gouverner.

  • Emmanuel Lyng-Sabatier - Inscrit 5 mai 2016 23 h 06

    Censure

    Pour ma part, je remarque que bien que le Devoir soit indépendant, la censure y est néanmoins plus présente que chez radio canada. De nombreux articles sont rapidements fermés aux commentaires.