La théologie en ligne, c’est possible

Thierry Haroun Collaboration spéciale
Le vice-doyen de la Faculté de théologie et prêtre oblat de Marie-Immaculée, Christian Dionne, a fait valoir que son université compte une bibliothèque exceptionnelle constituée de plus d’un demi-million de livres. « Au Canada, c’est la meilleure bibliothèque en théologie, philosophie et sciences religieuses et l’une des plus importantes en Amérique. »
Photo: Université Saint-Paul Le vice-doyen de la Faculté de théologie et prêtre oblat de Marie-Immaculée, Christian Dionne, a fait valoir que son université compte une bibliothèque exceptionnelle constituée de plus d’un demi-million de livres. « Au Canada, c’est la meilleure bibliothèque en théologie, philosophie et sciences religieuses et l’une des plus importantes en Amérique. »

Ce texte fait partie du cahier spécial Religion

L’Université Saint-Paul d’Ottawa offrira dès septembre prochain la possibilité d’obtenir un certificat en théologie en ligne. Un ballon d’essai a déjà été lancé, par l’entremise d’un premier cours, et la réponse est bonne, selon le vice-doyen de la Faculté de théologie et prêtre oblat de Marie-Immaculée, Christian Dionne.

Ce cours est destiné à une clientèle qui, de toute façon, ne fréquenterait pas le campus de cette université, « pour des raisons d’éloignement ou encore des questions de coûts », précise M. Dionne. Ce certificat, dit-il, vise entre autres à offrir une « solide formation » à des gens qui se préparent à exercer des responsabilités dans une paroisse comme aumônier, notamment. Une formation en ligne qui permettra à des gens d’obtenir un certificat malgré les distances. « Je pense au diocèse de Gaspé, de Rimouski ou encore de Rouyn-Noranda. Vous savez, la situation financière des petits diocèses n’est pas très brillante. Ces diocèses voudraient bien former leur monde, mais ils n’en ont pas les moyens financiers. Donc, ce certificat en ligne leur donnera cette option et [leur permettra] de former des gens compétents », fait valoir le prêtre oblat. L’université a sans doute vu juste puisque le cours intitulé « Comprendre la Bible : apprendre à lire de manière critique et intelligente », offert en ligne depuis janvier, a attiré la clientèle. « On n’est jamais assez prudents. Alors nous avons décidé de lancer ce ballon d’essai. Nous n’avons fait aucune publicité et pourtant plus de 25 étudiants le suivent », se réjouit Christian Dionne ajoutant que ces étudiants proviennent de la région de Gatineau-Ottawa, de l’Alberta, d’Amos et de Gaspé, entre autres. Ils auraient donc vu juste ? « En effet. Et nous réalisons que ça répond à un besoin. »

« L’Église a-t-elle peur du sexe ? »

Ainsi, de manière concrète, le certificat en théologie, qui sera offert en ligne dès la session d’automne 2016, sera constitué de dix cours. Outre « Comprendre la Bible : apprendre à lire de manière critique et intelligente », notons par ailleurs « Introduction à la théologie, ou peut-on encore parler de Dieu aujourd’hui ? », « Jésus le Christ : un homme ? un sauveur ? le Fils de Dieu ? Comment s’y retrouver ? » et « Histoire de l’Église : comment, au XVIe siècle, catholiques et protestants sont-ils devenus des frères ennemis ? »

Par ailleurs, l’Église s’étant toujours préoccupée des questions liées à la sexualité, les étudiants auront aussi l’occasion de suivre le cours « L’Église a-t-elle peur du sexe ? » Sur ce dernier point, Christian Dionne précise que, au fond, ce cours vise à revisiter « toutes ces grandes questions qui titillent toujours les gens. Et en ce sens, quand on pense à l’Église, on pense à quoi ? On pense aux positions du Vatican en regard de l’homosexualité, de la question de la planification des naissances, de la contraception ou encore du mariage gai, entre autres. Ce cours va démontrer en fait le décalage très appréciable qui existe entre ce qui est dit ou proposé par l’Église dans ces domaines et la manière dont c’est reçu dans la société. Les gens se font des idées très caricaturées en croyant que l’Église est contre ceci ou contre cela. Ce cours va démontrer que les positions de l’Église sont beaucoup plus nuancées et qu’il y a place au débat sur ces questions. Il s’agit d’ouvrir le débat et de démontrer que les choses évoluent, mais peut-être pas au rythme qu’on le voudrait », juge le prêtre Dionne avant de préciser qu’il y a « un siècle de distance » entre la position de Jean-Paul II et celle de l’actuel pape François quant à l’ensemble de ces questions. Ce certificat sera donné sur deux ans.

La Faculté, ses savoirs et ses livres

La Faculté de théologie de l’Université Saint-Paul d’Ottawa est une faculté bilingue et oecuménique. Elle est fréquentée par quelque 300 étudiants (venus de l’Afrique francophone et anglophone, d’Asie, des États-Unis et, bien sûr, du Québec et du Canada). Une douzaine de professeurs y enseignent du niveau certificat au doctorat. « La Faculté de théologie valorise la recherche et l’enseignement solides au service de l’Église et du bien commun de la société. Elle offre une variété de programmes pour les personnes qui se préparent à un ministère particulier ou qui poursuivent l’étude critique dans un des champs de la théologie, incluant les études bibliques, les études du christianisme oriental, l’éthique, la spiritualité, la théologie systématique et historique, ainsi que la théologie pratique », lit-on dans la documentation disponible.

Celle-ci précise par ailleurs que « la théologie, c’est pour tout le monde », en avançant par la même occasion la question suivante : « Le fait de vivre dans une société sécularisée et laïque a-t-il entraîné l’effacement du phénomène religieux ? Rien n’est moins sûr et ce serait plutôt le contraire qui serait vrai », lit-on plus loin. Nous avons posé cette même question au prêtre Dionne. « Écoutez, j’en suis tout à fait convaincu ! Je serais même prêt à en débattre. » Enfin, Christian Dionne a fait valoir que son université compte une bibliothèque exceptionnelle constituée de plus d’un demi-million de livres. « Au Canada, c’est la meilleure bibliothèque en théologie, philosophie et sciences religieuses et l’une des plus importantes en Amérique. »

À voir en vidéo