Une brise estivale au «Devoir»

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Les pieds dans l’eau au bout du quai. Les orteils enfoncés dans le sable. La tête bien calée dans une pile d’oreillers. Allongé dans un hamac. Adossé à un arbre dans un parc. Et vous, où lisez-vous votre Devoir en vacances ?

Pour ajouter du piquant à votre lecture d’été, notre équipe s’affaire à préparer quelques morceaux choisis qui n’auront vie que pendant ces semaines plus douces. En plus du suivi habituel des actualités, vous pourrez lire :

Éclats de lumière. Prenant pour stimulant prétexte le choix de l’ONU de décréter 2015 Année de la lumière, notre collaboratrice Monique Durand propose dès ce samedi une série de huit textes déclinant l’importance de la lumière — ou les vices de son corollaire, la noirceur — dans différents coins du monde. « Hallucinations célestes des aurores boréales. Soleil blanc des jours de neige. Épée de feu dans les soirs qui penchent sur les lacs, les rivières et la mer. Une lumière inoubliable, un soir de pleine lune sur les Alpes, près d’Albertville. Lumières tamisées des bords de Loire, qui ont inspiré tant de peintres. Lumières quasi aveuglantes de Schefferville, au 54e parallèle », écrit-elle en guise de mise en bouche.

Points d’eau. Vous êtes habitués au Point chaud du lundi ? Nous le troquons dès lundi 29 juin par un Point d’eau, forts de cette certitude que les Québécois sont un peuple d’eau, bordé par un fleuve, entouré de mille lacs et rivières. Nos journalistes ont rencontré quelques fascinantes créatures dont le travail ou la passion les porte naturellement à plonger dans l’eau douce, la salée — même la chlorée ! Pour démarrer cette série, le reporter Valérian Mazataud a rencontré la doyenne de la pêche à l’anguille à Kamouraska, Gertrude Madore. Pendant 50 ans, elle a monté ses filets sur les rives du fleuve Saint-Laurent. « On était plus de 110 dans les années 1970, se souvient-elle. On est rendu 12 aujourd’hui. »

Photoreportages. Nous croyons que la photo, tout autant que les mots, est un admirable véhicule d’information. Une photo qui touche, une autre qui trouble ou qui intrigue : nos photoreporters vous raconteront des histoires en photos à compter du samedi 4 juillet, et cela, pour tout l’été : des étudiants disparus du Mexique aux chevaux de Sienne en Italie, en passant par le Montréal métissé, vous pourrez entrer dans les univers de différents photographes.

La lecture d’été qui a changé ma vie. Dans les pages du Devoir et sur ses plateformes numériques, un appel vous a été lancé : avez-vous déjà lu, l’été, un livre qui a changé votre vie ? Vous nous avez entendus. En 250 mots, les lecteurs sont devenus auteurs à leur tour, racontant et le récit qui les a bouleversés et la raison de leur émoi. Nous publierons des morceaux choisis dans nos pages Culture dès juillet.

Les laboratoires de l’immortalité. Depuis Genève, en Suisse, nos collègues du Temps ont concocté cette série sur l’immortalité, autour d’une question lancinante : comment abolir le vieillissement et rester en forme pour un bon bout de l’éternité ? À lire les lundis en section Société, à compter du 20 juillet et jusqu’au 24 août.

1 commentaire
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 27 juin 2015 05 h 44

    ... mercis au Le Devoir !

    Un peu de lecture fait du bien tant pour le corps que pour l'esprit !

    En-corps et ...

    ... mercis au Le Devoir ! - 27 juin 2015 -