La commission Charbonneau entendra Nicolo Milioto

La commission Charbonneau poursuivra son incursion prolongée dans la corruption et la collusion à l’Hôtel de Ville de Montréal, la semaine prochaine, avec le témoignage de Nicolo Milioto.


Le propriétaire de Mivela Construction suivra à la barre des témoins Giuseppe Borsellino. M. Milioto assistait la semaine dernière au témoignage de M. Borsellino. Sa présence à la commission a fait beaucoup jaser.


M. Milioto a été surnommé « monsieur Trottoir », en raison de la mainmise qu’il exerçait sur les contrats de trottoir à Montréal.


Des témoins à la commission Charbonneau, dont Lino Zambito, l’ont décrit comme le responsable du partage des contrats entre les entrepreneurs. M. Zambito, l’ex-patron d’Infrabec, lui remettait en argent liquide un pizzo de 5,5 % sur la valeur de ses contrats à Montréal. Une partie des sommes (2,5 %) était destinée à la mafia. C’était le prix à payer pour faire partie du cartel des entrepreneurs, a dit M. Zambito. L’autre partie (3 %) allait garnir la caisse occulte d’Union Montréal.


Selon le témoignage de l’enquêteur Éric Vecchio, Nicolo Milioto était l’intermédiaire des entrepreneurs auprès de la mafia. Dans le cadre de l’opération Colisée, il a été filmé au café Consenza, le quartier général du clan Rizzuto. On le voit remettre des liasses de billets à Rocco Sollecito, membre en règle de la mafia. Sollecito a été condamné à une peine de huit ans de pénitencier à la suite de l’opération Colisée. Il a été libéré en octobre dernier.


Lors de son témoignage, Martin Dumont a relaté un épisode au cours duquel Nicolo Milioto lui aurait fait des menaces de mort parce qu’il posait des questions indiscrètes sur un contrat.