Québec: la congestion automobile provient de la banlieue nord

Une moyenne de quelque 3000 voitures provenant des municipalités de la couronne sud de Québec traversent chaque jour le fleuve Saint-Laurent.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Une moyenne de quelque 3000 voitures provenant des municipalités de la couronne sud de Québec traversent chaque jour le fleuve Saint-Laurent.

L’augmentation la plus importante du nombre de déplacement en voiture dans la grande région de Québec ces dernières années provient des villes de la couronne de Québec. En 15 ans, la hausse s’élève à plus de 60 %.

Ces données se trouvent dans l’enquête Origine-Destination (OD) 2017 qui a fait grand bruit depuis sa publication jeudi par le ministère des Transports du Québec.

Plus précisément, elle relève que le nombre de déplacement en voiture a crû de 60,9 % entre 2001 et 2017 dans la couronne de Québec, secteur qui englobe les villes à l’ouest de Saint-Augustin comme Donnacona et Pont-Rouge, la MRC de la Jacques-Cartier, ainsi que la Côte-de-Beaupré jusqu’à Saint-Tite-des-Caps.

Au total, elle génère 97 900 déplacements en voiture par jour sur les 1,02 million recensés pour l’ensemble du territoire.

Ces données suivent aussi la courbe démographique puisque la population y a crû de 41,9 % au cours de la même période.

Ces dernières années, les secteurs semi-ruraux autour de Québec ont attiré un nombre grandissant de jeunes familles en raison notamment du prix plus abordable des résidences unifamiliales. Depuis 2001, le nombre total de déplacements dans la région de Québec a crû de 17,8 %, prolongeant l’heure de pointe du matin et encore plus celle du soir.

La hausse des déplacements en provenance de la périphérie a été moins marquée ces dernières années qu’entre 2006 et 2011. Mais même à 13,5 %, elle demeure plus forte que dans n’importe quel secteur de la région.

Le matin, ce sont 38 370 automobilistes de la couronne de Québec qui empruntent le réseau pour se rendre au travail. De ce groupe, 11 482 se déplacent à l’intérieur de la périphérie, 6723 vers le centre-ville de Québec, 6152 vers Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge et presque autant vers l’arrondissement des Rivières.

Réaction du ministre

Du côté de la Rive-Sud, les données semblent de prime abord similaires, avec une hausse des déplacements en voiture de 62,5 % dans les territoires de Saint-Henri, Beaumont et Saint-Lambert-de-Lauzon.

Par contre, la hausse est six fois moins importante qu’à Québec (3000 véhicules de plus, contre 18 500 à Québec). Au total, 2784 voitures transitent entre la ceinture de la Rive-Sud et l’agglomération de Québec le matin.

En se référant à ces données, Le Devoir a demandé vendredi au cabinet ministre des Transports François Bonnardel ce que l’étude OD lui avait appris sur l’origine de la congestion automobile à Québec.

Il lui a aussi demandé s’il fallait, selon lui, freiner l’étalement urbain vers la couronne pour réduire la congestion. Le cabinet a répondu par courriel qu’il nous laisserait tirer « nos conclusions à partir des chiffres » sur les origines de la congestion à Québec.

Sur le rôle de l’étalement urbain et de la couronne, il a rétorqué qu’« avec l’augmentation du nombre de déplacements pour l’ensemble du territoire, nos routes sont plus sollicitées ». « D’où l’importance de développer un réseau efficace qui inclut le transport en commun. »

« Notre gouvernement a réaffirmé cette semaine l’importance du projet de réseau structurant pour la ville de Québec afin de réduire la congestion et d’offrir plus de choix pour les déplacements », a-t-il ajouté.