Décès de Guy Blouin: le policier Beaulieu attendu au tribunal

Photo: Renaud Philippe Le Devoir

Simon Beaulieu, le policier en cause dans le décès du cycliste Guy Blouin l’an dernier, doit comparaître ce vendredi au palais de Justice de Québec.

On devrait alors savoir s’il souhaite que son procès se tienne devant jury ou juge seul et s’il plaide coupable ou non. Lors d’une entrevue au Journal de Québec en août, M. Beaulieu avait dit vouloir plaider non coupable.

Le policier âgé de 34 ans fait face à des accusations de négligence criminelle et de conduite dangereuse ayant causé la mort. Il s’expose à une peine maximale de perpétuité pour le premier chef (négligence criminelle ayant causé la mort) et de 14 ans pour le deuxième.

Le 3 septembre 2014, la voiture de patrouille qu’il conduisait a frappé à mort le cycliste Guy Blouin à proximité de l’église Saint-Joseph, en plein coeur du quartier Saint-Roch. La voiture poursuivait alors M. Blouin et l’a frappé alors qu’elle reculait.

M. Beaulieu est toujours employé par le Service de police de la Ville de Québec, mais il est affecté à des tâches administratives et n’a pas le droit de conduire une voiture de patrouille depuis que le Directeur des poursuites criminelles a annoncé que des accusations criminelles seraient portées contre lui.

Son procès sera notamment suivi de près par le Comité du 3 septembre, un groupe de citoyens et organismes sociaux qui s’est constitué au cours des derniers mois pour suivre le dossier. « On va être là à toutes les phases [du procès] », a expliqué jeudi au Devoir Jean Fortin, un habitué de la place du Parvis qui était tout près quand Guy Blouin a été frappé par la voiture de police.

« La première tâche du policier, c’est de protéger le public, et dans ces opérations-là, on calcule que ça n’a pas été fait. […] On est loin d’être contre la police, sauf que dans des cas précis comme ça, on s’aperçoit qu’il y a du zèle ou des petites anicroches qui doivent être corrigées dans leur façon de travailler. »