Ville de Québec - Grands spectacles : Labeaume confiant malgré des ventes de billets au ralenti

Le maire Régis Labeaume
Photo: Clément Allard - Le Devoir Le maire Régis Labeaume

Le ralentissement des ventes de billets pour les grands spectacles à Québec n’inquiète pas le maire outre mesure. Selon lui, il ne faut surtout pas remettre en question l’élan festif qui a commencé en 2008.

La semaine dernière, le producteur du spectacle de Paul McCartney sur les Plaines a diffusé une publicité visant à stimuler la vente de billets pour le 23 juillet. Et comme le soulignait samedi Le Journal de Québec, le Festival d’été n’a pas vendu tous ses laissez-passer dès le mois de mai, comme les années précédentes. Enfin, il reste encore des billets à vendre pour le grand concert de Céline Dion sur les Plaines le 27 juillet.


Interrogé à ce propos lundi, le maire Labeaume a rétorqué qu’il ne voulait pas « embarquer là-dedans ». « On est rendus qu’on remet en question ce qu’on fait depuis 2008. J’ai l’impression qu’on retombe dans nos vieux démons. On n’a pas entendu ça à Québec depuis des années. Moi, je m’en vais par en avant. Inquiétez-vous pas, ça va être bien plein. »


Et d’ajouter que s’il y avait moins de spectateurs sur les Plaines, ce serait plus « confortable ». « Y a de la place pour combien pour qu’on soit confortable ? L’année passée, il y en a qui ont pas vu grand-chose… »


La confiance de M. Labeaume est d’autant plus grande, dit-il, que Québecor vient de nommer « un champion du monde » pour gérer l’amphithéâtre en la personne d’Aldo Giampaolo. Fondateur du groupe Evenko (anciennement Gillett), M. Giampaolo a occupé des postes de direction dans l’ancien Forum, au Centre Bell et au Cirque du Soleil depuis 2006.


« Nous ferons de Québec et de l’Amphithéâtre de Québec un lieu incontournable du divertissement et du sport », a-t-il déclaré dans un communiqué lundi.


« C’est vraiment une excellente nouvelle pour la ville puis c’est une excellente nouvelle pour les artisans », a commenté le maire Labeaume. « Ça veut dire qu’il va y avoir du travail. »


Toujours dans le dossier de l’amphithéâtre, le maire a pesé ses mots à propos des syndiqués de la construction qui se sont réunis aux abords du chantier lundi matin. « Ce serait vraiment déplaisant » qu’ils prennent l’amphithéâtre « en otage », a-t-il déclaré.


La semaine dernière, il avait lancé que les syndicats et leur employeur allaient « en manger une maudite » s’ils utilisaient l’amphithéâtre comme outil de négociation. Une grève ou un lockout pourrait être déclenché à partir de lundi prochain.

3 commentaires
  • Pierre Dostie - Abonné 11 juin 2013 06 h 21

    Un «champion du monde»...

    «La confiance de M. Labeaume est d’autant plus grande, dit-il, que Québecor vient de nommer "un champion du monde" pour gérer l’amphithéâtre en la personne d’Aldo Giampaolo».

    Le maire de Québec devrait se méfier des hyperboles. Lors de l'engagement de son grand spécialiste en étude de marché, Clotaire Rapaille, il avait surnommé celui-ci le «King de New York» avec les résultats que l'on sait.

    Les envolées lyriques de M. Labeaume, ce n'est rien d'autre que de la frime.

    • - Inscrit 11 juin 2013 13 h 34

      Vrai, il y a toujours un petit Clotaire derrière ce curieux personnage !
      Étonnant... et le pire, c'est que ses concitoyens en sont tellement fiers ! Comment comprendre ?
      Un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme, aurait dit Churchill.

  • Robert Beauchamp - Abonné 11 juin 2013 08 h 40

    L'opération tourniquet

    Le prestidigitateur qui illusionne la galerie, qui ne jure que par le tourniquet commence à provoquer le tourni.
    Robert Beauchamp