Pas encore de nouveau nom pour Asbestos

« Le changement de nom, on le fait pour la population, donc on veut travailler avec elle pour y parvenir, selon le maire Hugues Grimard.
Photo: Paul Chiasson Archives La Presse canadienne « Le changement de nom, on le fait pour la population, donc on veut travailler avec elle pour y parvenir, selon le maire Hugues Grimard.

La Ville d’Asbestos met « sur pause » son processus de changement de nom étant donné la réaction négative face aux quatre noms qui étaient censés être soumis au vote des citoyens.

« Le conseil municipal souhaite proposer des noms auxquels la population adhérera », est-il indiqué dans un bref message publié vendredi sur la page Facebook de la municipalité de l’Estrie.

L’administration municipale dit constater que « l’exercice possède une grande part de subjectivité par sa nature émotive » et explique qu’elle révisera les suggestions qu’elle a reçues et qu’elle allongera la liste des noms qui figurera sur le bulletin de vote.

« Le changement de nom, on le fait pour la population, donc on veut travailler avec elle pour y parvenir, a écrit le maire Hugues Grimard. Nous avons entendu ses préoccupations et c’est pourquoi nous réajustons le tir. »

Lundi, M. Grimard annonçait en grande pompe que les citoyens pourraient choisir entre Apalone, Jeffrey, Phénix et Trois-Lacs dans un mois.

Les noms réfèrent respectivement à une tortue menacée, au nom du premier exploitant de la mine d’amiante de la ville, à un oiseau fabuleux et à une ancienne municipalité.

Asbestos souhaite se défaire de la connotation négative de son nom, qui signifie amiante en anglais, ayant relégué l’industrie aux oubliettes après la fermeture de la mine Jeffrey en 2012.