Voler à moindre coût, un avantage parfois ignoré

Le prix des billets d’avion à l’extérieur des grands centres est 55% plus élevé au Québec qu’ailleurs au Canada.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Le prix des billets d’avion à l’extérieur des grands centres est 55% plus élevé au Québec qu’ailleurs au Canada.

Le programme de réduction des tarifs aériens en régions éloignées a surtout bénéficié à l’Est-du-Québec, mais peu au Saguenay–Lac-Saint-Jean et à l’Abitibi-Témiscamingue.

L’an dernier, les résidents de la région de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine ont obtenu un total de remboursement 100 fois plus important que le Saguenay–Lac-Saint-Jean, révèlent des données obtenues par Le Devoir.

Ainsi, sur les 4,3 millions dépensés dans ce programme en 2018-2019, 2,4 millions sont allés en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine et 1,5 million sur la Côte-Nord. En ajoutant le Bas-Saint-Laurent où le programme a été moins populaire, l’Est a récolté 4 millions de l’enveloppe.

Tout un contraste avec l’Abitibi-Témiscamingue (134 000 $), le Nord-du-Québec (170 000 $) et le Saguenay–Lac-Saint-Jean (24 000 $).

  

Relancé par les libéraux en 2018

Le prix des billets d’avion à l’extérieur des grands centres est 55 % plus élevé au Québec qu’ailleurs au Canada, selon une étude commandée en 2017 par l’Union des municipalités du Québec (UMQ).

Le programme de réduction des tarifs aériens (PRTA) permet de rembourser entre 30 % et 60 % des billets des résidents des régions éloignées du Québec jusqu’à concurrence de 500 $ à 3000 $, selon le lieu de résidence.

Au début, le PRTA était seulement offert aux citoyens de la Côte-Nord, des Îles-de-la-Madeleine et du Nord-du-Québec.

En 2018, le gouvernement Couillard a décidé de l’élargir à d’autres régions, notamment à la Gaspésie, l’Abitibi-Témiscamingue et au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

En l’espace d’un an, les montants remboursés ont quadruplé, passant de 1 million en 2017-2018 à 4,3 millions l’an dernier.

Les données démontrent que la hausse a surtout permis aux utilisateurs qui en profitaient déjà de faire de plus grosses économies (aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord surtout) sans élargir beaucoup le bassin de bénéficiaires.

Un programme méconnu

À l’aéroport de Matagami dans le Nord-du-Québec, on signale que beaucoup de gens ignorent toujours qu’ils peuvent se faire rembourser une partie de leurs frais de déplacement en avion.

« On fait un gros travail de promotion pour aviser les gens qu’ils ont droit à 30 % de rabais », explique la directrice de l’aéroport, Chantal Duchesne. Des avis sont affichés à l’intérieur de l’aéroport, sur son site web et des formulaires de remboursement déjà imprimés sont également offerts sur place, dit-elle.

Plusieurs transporteurs régionaux font également la promotion du programme sur leur site web comme Air Creebec, par exemple.

Le coût des billets d’avion en région éloignée fait l’objet de revendications de longue date de l’Union des municipalités du Québec (UMQ).

Ce lobby municipal pense, lui aussi, que le programme n’est pas assez connu. « Il est impératif d’en faire davantage la promotion auprès des usagers admissibles. Nous offrons à cet effet notre pleine collaboration au ministre François Bonnardel et au MTQ », a déclaré à ce sujet le porte-parole de l’UMQ, Patrick Lemieux.

« En étant plus connu et mieux utilisé, le PRTA contribuera à accroître la demande à l’égard du transport aérien comme mode de transport, ce qui favorisera, à terme, une plus grande concurrence dans ce marché quasi monopolistique et entraînera une baisse des prix des billets. »

Par ailleurs, depuis l’élargissement du remboursement des billets en 2018, deux nouveaux programmes se sont ajoutés pour répondre à ses demandes.

L’été dernier, le ministre des Transports François Bonnardel a créé un programme de 22,5 millions pour financer des travaux dans les aéroports régionaux ou la venue de nouvelles dessertes régionales (le programme d’aide pour les dessertes aériennes régionales ou PADAR).

Plus récemment, un nouveau programme a été créé, cette fois pour obtenir des forfaits touristiques à meilleur prix en région éloignée (le programme Explore Québec).


 
2 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 3 janvier 2020 04 h 04

    Beau rabais

    Le genre de rabais que ceux qui s'en servent ne veulent pas que les autres en profitent?

  • D. Croteau - Inscrit 3 janvier 2020 09 h 50

    Programme brisé

    Le PRTA est un programme brisé.

    La remboursement du tarif devrait être accessible à tous ceux qui voyage en région éloignées, peu importe s'ils y sont résidents permanents ou non. Tous ceux qui habitent dans les grandes zones urbaines et qui ont de la famille ou amis en région devrait aussi avoir accès au remboursement. Ce n'est pas parce qu'une personne habite Montréal qu'elle est nécessairement plus riche qu'une autre habitant en région. Alors pourquoi le prix du billet devrait-il être plus élevé dans un sens que dans l'autre?

    Le but principal est de mieux connecter ENSEMBLE les régions et grands centres urbains. Un programme fonctionnant dans les 2 sens permettrait de mieux développer économiquement les régions à travers un tourisme accru.

    Qui est tenté d'aller en Abitibi à partir de Montréal lorsque le coût du billet d'avion est le même que pour aller à Paris? Y aller par autobus? Ça prends 11 heures!

    Un effet secondaire bénéfique d'un programme dans les 2 sens serait aussi de reconnecter les citoyens des régions et des centres urbains afin d'accroître le respect de chacun et de leur réalité propre.