Hausses de taxes salées pour les citoyens de Rigaud

«C’est sûr qu’on a eu des inondations en 2017 et 2019, mais ça n’explique pas tout», dit Mme Larose, montrant du doigt les hausses de coûts de plusieurs services, dont celui des bibliothèques et des loisirs, ainsi que l’augmentation des frais d’administration.
Photo: Michel Simard CC «C’est sûr qu’on a eu des inondations en 2017 et 2019, mais ça n’explique pas tout», dit Mme Larose, montrant du doigt les hausses de coûts de plusieurs services, dont celui des bibliothèques et des loisirs, ainsi que l’augmentation des frais d’administration.

Des citoyens de la municipalité de Rigaud dénoncent les hausses de taxes qu’ils pourraient subir l’an prochain. La Ville a présenté mardi soir les grandes lignes du budget, qui prévoit imposer des augmentations moyennes de taxes variant de 8,3 à 13,7 %.

Catherine Larose a fait ses calculs. Entre 2012 et 2019, son avis d’imposition a bondi de 47 %. Si elle devait essuyer une augmentation de taxes de 13,1 % en 2020, comme l’ont laissé entendre les autorités de la Ville, c’est plutôt une hausse de 66 % de son impôt foncier qu’elle aura subie en huit ans.

« C’est sûr qu’on a eu des inondations en 2017 et 2019, mais ça n’explique pas tout », dit Mme Larose, montrant du doigt les hausses de coûts de plusieurs services, dont celui des bibliothèques et des loisirs, ainsi que l’augmentation des frais d’administration.

À ses yeux, il s’agit d’une reprise du scénario du budget 2018. À l’époque, la Ville avait présenté un budget comportant des hausses de taxes de 10 %, avant de se raviser devant la grogne des citoyens.

Lors de témoignages recueillis par Le Devoir, plusieurs citoyens ont aussi évoqué les dépassements de coûts importants liés aux projets de construction du nouvel hôtel de ville, de la caserne de pompiers et du garage municipal. « Quand ç’a été annoncé en 2014, on nous avait promis que ça n’entraînerait pas de hausses de taxes », se rappelle Alain Magnan. « C’est en train de nous rattraper. »

Le maire, Hans Gruenwald, a décliné notre demande d’entrevue. Le budget n’étant pas encore adopté — il devrait l’être lundi soir prochain —, des modifications pourraient y être apportées, a soutenu la directrice des communications de la Ville, Marie-Andrée Gagnon.

Lors de la soirée d’information mardi soir, la directrice générale, Chantal Lemieux, a passé en revue les services. Elle a notamment expliqué que les coûts de déneigement avaient explosé en raison du nombre réduit d’entreprises offrant ce service.

Kevin Ménard administre un groupe Facebook regroupant des résidents de Rigaud. Il croit que, comme en 2018, les citoyens pourraient se mobiliser pour faire pression sur les élus.