Longueuil: un tramway pour le boulevard Taschereau

La saison des promesses électorales est bel et bien amorcée à Longueuil. Le Parti municipal de Longueuil (PML), dirigé par Jacques Goyette, a dévoilé hier les grandes lignes de sa plate-forme électorale en vue du scrutin du 1er novembre prochain. Ce programme comporte une série de mesures visant à améliorer les transports en commun sur la Rive-Sud. En plus du prolongement de la ligne de métro, le PML rêve d'un tramway pour le boulevard Taschereau.

«En début d'année, on a fait le tour de tous les quartiers et on a constaté que les problèmes de transport étaient criants», a indiqué hier M. Goyette, qui a succédé au maire Claude Gladu à la tête du parti. S'il est porté au pouvoir, le chef du PML compte créer un corridor voué aux transports en commun dans l'axe nord-sud afin de relier plusieurs pôles importants du territoire de l'agglomération. «On parle au début d'un service d'autobus rapide [sur le boulevard Taschereau] qui serait éventuellement remplacé par une ligne de tramway ou de trolleybus afin de revitaliser tout ce secteur», a expliqué Jacques Goyette.

Dans son projet de plan de transport, le PML souhaite également l'ajout de six nouvelles stations de métro et la construction d'un système léger sur rail dans l'axe du pont Champlain. La formation politique promet de lancer plusieurs mesures visant à encourager le transport actif, qu'il s'agisse du prolongement du réseau cyclable ou de l'implantation d'un projet pilote de service de vélos en libre-service Bixi.

Sur le plan économique, le parti compte attirer de nouvelles entreprises à Longueuil et s'engage à obtenir un milliard de nouveaux investissements au cours des quatre prochaines années. «Plusieurs secteurs, comme celui du métro, sont propices à de nouveaux investissements», a précisé M. Goyette.

En matière de culture et de loisirs, le PML promet de doter Longueuil d'un Centre des arts et de rénover ses installations sportives.

La chef d'Action Longueuil et candidate à la mairie de Longueuil, Caroline St-Hilaire, n'a pas mis de temps à critiquer les promesses de son adversaire. «Quand on voit le bilan des promesses non réalisées de 2005, on peut déjà se demander quelles sont celles qu'ils ne respecteraient pas si les Longueuillois décidaient de reporter ce régime usé au pouvoir pour un autre quatre ans», a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

Jacques Goyette a par ailleurs admis que sa formation ne pourra se passer des pancartes électorales comme entendent le faire les partis dirigés par Gérald Tremblay et Louise Harel à Montréal. «Lors de la dernière élection, on avait diminué de beaucoup le nombre d'affiches et on pourrait le réduire davantage. Mais au moment où on se parle, notre équipe n'a pas l'intention de les éliminer complètement», a-t-il dit.