Dubé a demandé un avis éthique pour éviter tout conflit déontologique avec Boileau

La commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale déterminera si des aménagements sont nécessaires pour éviter toute apparence de conflit déontologique entre le cabinet du ministre de la Santé Christian Dubé et le nouveau capitaine de la santé publique Luc Boileau, a appris Le Devoir.

M. Boileau est le père de Marjaurie Côté-Boileau, l’attachée de presse de M. Dubé. Ce lien familial avait largement été rapporté dans les médias, la semaine dernière, quand il a été nommé au poste de directeur national de la santé publique par intérim.

Jeudi, Le Devoir a été informé que Jonathan Valois, le directeur de cabinet de M. Dubé, a sollicité l’avis de la commissaire à l’éthique Ariane Mignolet le 10 janvier, veille de l’annonce officielle de la nomination de M. Boileau.

« Par respect pour les carrières respectives du docteur Boileau et de Mme Côté-Boileau, nous désirons nous assurer que tout soit fait dans les règles de l’art », a déclaré la conseillère aux communications Amélie Paquet.

Le cabinet du ministre Dubé est en attente de la réponse de Mme Mignolet, la responsable de l’application du code d’éthique qui encadre les élus et le personnel des cabinets ministériels.

« La commissaire prend le temps de s’enquérir de la situation » a répondu la porte-parole.

Dans l’intervalle, des précautions ont déjà été prises pour gérer la situation.

« Nous avons pris l’initiative que Marjaurie Côte-Boileau n’anime plus les conférences de presse où docteur Boileau est présent, et qu’elle ne soit pas non plus dans les échanges qui concernent les relations médias du docteur Boileau », a dit Mme Paquet.

Indépendance respectée

Selon le cabinet, la situation familiale de Mme Côté-Boileau et de son père n’a pas eu d’impact sur les fonctions qu’il exerçait à l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) avant de succéder à Horacio Arruda.

« Il faut savoir que le Dr Boileau était auparavant p.-d.g. de l’INESSS et que nous avons toujours respecté l’indépendance de son poste », a souligné Mme Paquet.

M. Boileau, qui est également sous-ministre adjoint depuis la semaine dernière, avait informé son employeur de sa situation.

« M. Boileau, lors de sa nomination, à l’instar de sa nomination à titre de p.-d.g. de l’INESSS, a fait part de sa situation familiale au Secrétariat aux emplois supérieurs, a indiqué mercredi une porte-parole du Conseil exécutif, Marie-Ève Fillion. Il l’avait d’ailleurs fait auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux. »

Le cabinet de M. Dubé n’a pas précisé quels sont les aspects visés par l’analyse de Mme Mignolet.

Des dispositions du code d’éthique de l’Assemblée nationale stipulent qu’un membre du personnel d’un cabinet ne peut se placer dans une situation de conflit entre son intérêt personnel et les devoirs de sa fonction. Il ne doit également pas favoriser ses intérêts personnels ou ceux d’un membre de sa famille immédiate.

Une autre affectation

Le député libéral Gaétan Barrette, porte-parole en matière d’éthique, a affirmé que la situation de M. Boileau et de sa fille pourrait nuire à l’apparence d’indépendance de ses décisions à titre de directeur national de la santé publique.

Selon le député libéral, il pourrait y avoir une apparence de conflit d’intérêts dans l’éventualité où M. Boileau devrait faire une recommandation qui n’irait pas dans le sens que souhaite M. Dubé ou le gouvernement.

« Je suis content qu’on demande l’avis de la commissaire à l’éthique, a-t-il dit. Spontanément, je pense que Mme Côté-Boileau, idéalement, devrait être affectée dans des fonctions similaires dans un autre cabinet ministériel. »

Le député de Québec solidaire Vincent Marissal, également responsable du dossier éthique, a plaidé pour un principe de précaution dans une relation déjà compliquée, entre le ministre de la Santé et le directeur national de la santé publique.

« Dans un monde idéal, ce serait probablement mieux de ne pas avoir ce degré d’intimité dans une position comme celle-là », a-t-il dit.

À voir en vidéo