Anne Casabonne candidate pour le Parti conservateur dans Marie-Victorin

La comédienne Anne Casabonne en 2011
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne La comédienne Anne Casabonne en 2011

Le Parti conservateur du Québec (PCQ), dirigé par Éric Duhaime, a recruté la comédienne Anne Casabonne pour le représenter lors de l’élection partielle de Marie-Victorin.

« Nos droits fondamentaux sont en train d’être troqués pour des privilèges », a déclaré Mme Casabonne, lors de l’annonce de sa candidature lundi. « Nous, on est pour le libre-choix », a-t-elle aussi soutenu à propos de la vaccination.

Mme Casabonne avait suscité la controverse en septembre après avoir tenu des propos antivaccins sur les réseaux sociaux, qualifiant notamment le vaccin de « grosse marde ». Lundi, elle a soutenu ne pas être « antivaccin » et dit que ses déclarations passées faisaient partie d’un texte de satire inspiré de Pierre Falardeau.

Elle a refusé lundi de dire si elle était vaccinée contre la COVID-19 et laissé entendre que les futures recrues du parti feraient de même. « On a décidé de ne plus répondre à cette question-là », a-t-elle fait valoir.

Questionnée sur les précautions qu’elle comptait prendre durant la campagne, elle a toutefois soutenu qu’elle respecterait les règles de la Santé publique à cet égard.

L’élection partielle, dont la date n’a pas encore été annoncée, vise à remplacer la députée Catherine Fournier, qui a été élue mairesse de Longueuil à l’automne.

Mme Casabonne affrontera Émilie Nollet, du Parti libéral, Shophika Vaithyanathasarma, de Québec solidaire, Pierre Nantel, du Parti québécois, et Martine Ouellet, qui dirige un nouveau parti du nom de Climat Québec. L’identité du candidat ou de la candidate de la CAQ doit encore être dévoilée.

Une ancienne péquiste

Devant les médias, Mme Casabonne a dit qu’elle avait « voté PQ toute sa vie ». Elle a d’ailleurs fait des dons à plusieurs reprises au parti ainsi qu’à l’ancienne chef du Bloc québécois Martine Ouellet, qu’elle affrontera lors de la partielle.

Le PQ, selon elle, n’est pas suffisamment critique à l’endroit du gouvernement, tout comme les autres partis d’opposition.

Pour le PCQ, il s’agit d’un premier test électoral depuis que le parti est dirigé par l’ex-animateur de radio Éric Duhaime.

Sa seule élue au Parlement pour l’heure, la transfuge Claire Samson, a déjà fait savoir qu’elle ne se représenterait pas aux prochaines élections.

Pour ce parti, ce test sera d’autant plus révélateur que ses principaux appuis sont loin de Longueuil. En entrevue la semaine dernière, Éric Duhaime soulignait d’ailleurs que cette circonscription n’était pas dans leurs « fiefs ». « On va aller voir si le PCQ est à 2 %, comme le prédisent les sondages, ou s’il est beaucoup plus élevé, comme on le pense et comme on le sent sur le terrain », a-t-il déclaré.

À voir en vidéo