Legault craint un manque de main-d’œuvre dans les CHSLD cet été

Le premier ministre François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre François Legault

Le premier ministre François Legault, qui craint un manque de main-d’œuvre dans les CHSLD cet été, accroît la pression sur un syndicat d’infirmières et le gouvernement fédéral.

C’est ce qu’il a laissé paraître vendredi, lors d’un point de presse à Joliette, alors qu’il abordait l’enjeu des vacances d’été pour le personnel de la santé.

Le premier ministre a rapporté des discussions compliquées avec la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qui représente 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres professionnelles en soins.

« J’ai de la difficulté à comprendre pourquoi on n’arrive pas à s’entendre avec la FIQ », a-t-il pesté.

En revanche, il a évoqué une entente avec la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) en ce qui a trait aux vacances.

Ces deux syndicats ont accepté l’offre pour leurs membres de deux semaines de vacances continues d’ici la fin septembre, a déclaré M. Legault.

De son côté, la FIQ exigerait que ses membres puissent prendre trois semaines de vacances d’ici la fin septembre. « C’est mathématiquement impossible », a déclaré François Legault.

« Les deux offres sont toujours sur la table : deux semaines de vacances d’ici la fin septembre pour tout le monde ou trois semaines de vacances pour tout le monde, mais d’ici le 13 octobre. C’est une question de continuité des services », a-t-il plaidé.

Par ailleurs, le chef du gouvernement québécois est revenu, vendredi, sur sa conversation de la veille avec le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Il a dit avoir senti une « plus grande ouverture » de la part de M. Trudeau quant à la demande du Québec de garder en poste les 1000 soldats de l’armée canadienne dans les CHSLD jusqu’au 15 septembre.

Les soldats travaillent actuellement sept jours sur sept, 12 heures par jour.

« J’ai été assez direct avec M. Trudeau et je lui ai demandé qu’est-ce qu’il y avait de plus urgent comme autres travaux », a relaté M. Legault.

Il a affirmé avoir suggéré au premier ministre canadien que les soldats travaillent plutôt huit heures par jour, cinq jours par semaine.

Sur les 1000 soldats à l’œuvre en ce moment au Québec, M. Legault a déploré le fait que plusieurs travaillent à produire des rapports à l’extérieur des centres pour aînés.

« Je n’ai rien contre les rapports, mais le ratio, j’aimerais en avoir plus sur les 1000 dans les CHSLD », a-t-il dit.

À voir en vidéo