Les partis d’opposition à Québec exigent un plan de déconfinement détaillé

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé

Les partis d’opposition sont arrivés en grande forme à l’Assemblée nationale mercredi, exigeant aussitôt plus de transparence de la part du gouvernement.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, n’a pas manqué de noter que le Québec, qui représente 23 % de la population canadienne, compte à présent 60 % des décès liés à la COVID-19.

Or, malgré cela, le Québec est le plus pressé à déconfiner, a-t-il souligné, en ajoutant que le déconfinement dans ce contexte lui apparaissait « téméraire » et soulevait plusieurs questions.

M. Bérubé a demandé au gouvernement de considérer « sérieusement » confiner Montréal et imposer le port du masque. C’est seulement en réglant la crise à Montréal que les craintes en région seront amoindries, a-t-il dit.

Par ailleurs, il réclame d’Horacio Arruda qu’il travaille à être le « meilleur » et non le « plus populaire » directeur national de santé publique.

Le député libéral André Fortin a ajouté avoir l’impression que le gouvernement « y va comme il le sent ». « Sur quoi se base-t-il » pour déconfiner ?

Il a déploré l’absence de données publiques sur les CHSLD. Pourquoi le personnel se déplace-t-il encore d’un établissement à l’autre ? Quelle est la stratégie de dépistage, réellement ? a demandé M. Fortin.

Sur l’indépendance du Dr Arruda, le chef péquiste a dit : « je la souhaite ». Il a invité Horacio Arruda à exprimer publiquement ses réserves sur les actions du gouvernement, s’il en a, comme l’a déjà fait son vis-à-vis ontarien.

À voir en vidéo