Québec livre un budget 2020-2021 écrit à l’encre verte

Le plan du ministre Eric Girard mise sur l’équilibre budgétaire et l’environnement.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le plan du ministre Eric Girard mise sur l’équilibre budgétaire et l’environnement.

Des sommes pour l’environnement. Un coup de pouce à la DPJ. Des sommes pour rénover les écoles. Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a présenté mardi un budget qui répond aux critiques qui ont visé le gouvernement Legault cette dernière année.

1. Un budget à l’encre verte

L’an dernier, la lutte contre les changements climatiques avait été la grande absente du budget : c’est loin d’être le cas cette année. Le second budget Girard consacre à celle-ci des sommes majeures.

Le gouvernement caquiste investira 6,2 milliards de dollars en six ans pour réduire les émissions de GES du Québec de 37,5 % par rapport à 1990 d’ici 10 ans.

Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, dévoilera prochainement la pièce maîtresse du plan caquiste : la Politique-cadre d’électrification et de lutte contre les changements climatiques, qui sera assortie d’un premier plan de mise en œuvre.

Environ 70 % des ressources allouées à ce premier plan iront à l’allégement de l’empreinte carbone du secteur des transports. Il représente à lui seul 57 % du potentiel de réduction, selon les estimations de Québec.

Près de 1,4 milliard sur six ans est aussi accordé au programme Roulez vert pour encourager l’achat de véhicules électriques et l’installation de bornes de recharge.

« Les Québécois savent qu’il est urgent d’agir et ils veulent que nous agissions ici », a fait valoir le ministre Girard.

Au cours des 10 prochaines années, les investissements en transport en commun devraient d’ailleurs dépasser les sommes injectées dans le réseau routier, a souligné l’auteur du budget.

   

2. Coup de pouce aux services sociaux et à la santé

Du côté de la santé et des services sociaux, les dépenses poursuivent leur croissance — 5,3 % en 2020-2021. Et le poste continue de représenter 43 % des dépenses du gouvernement du Québec.

Le budget Girard prévoit une aide de 950 millions sur cinq ans aux jeunes en difficulté. De ce nombre, 450 millions serviront à ajouter des effectifs pour réduire les listes d’attente et mieux adapter les services de la DPJ. Le programme Agir tôt, qui vise à détecter les troubles du développement chez les jeunes enfants, reçoit une somme additionnelle de 200 millions sur cinq ans.

Québec dégage aussi des montants pour la lutte contre la violence conjugale. Des sommes de 181 millions sur cinq ans viennent ainsi bonifier son plan de lutte et les services offerts en maison d’hébergement.

Pour améliorer l’accès au système de santé, Québec réserve 3,1 milliards sur six ans. Le remède caquiste aux maux du système ? L’ajout de personnel, le soutien aux organismes communautaires, l’offre de nouveaux traitements et l’accès à la médecine spécialisée.

À ce sujet, le budget indique que Québec entend récupérer 313 millions cette année grâce à son accord avec les médecins spécialistes. En campagne électorale, François Legault avait plutôt avancé la somme de 1 milliard.

3. En équilibre

C’est maintenant une habitude bien établie à Québec. Cette année comme l’an dernier, le gouvernement Legault garde le cap sur l’équilibre budgétaire et évite l’encre rouge.

N’empêche, le rythme des dépenses s’accélère encore en 2020-2021 : elles croîtront de 5,1 % (pour un total de 118,6 milliards de dollars). Le budget 2019-2020 prévoyait un bond de 4,7 %. À ce montant s’ajoutent 2,7 milliards pour le Fonds des générations.

Les revenus augmentent aussi, mais à un rythme bien plus modéré : +2,8 % (pour un total de 121,3 milliards).

4. L’ombre de la COVID-19

Le Québec reste relativement épargné par la COVID-19. Mais même dans ses documents budgétaires, le gouvernement Legault reconnaît que l’épidémie pourrait fausser ses calculs.

La COVID-19 pourrait soustraire 0,5 % à la croissance mondiale sur une période d’un an, a mentionné le ministre Girard en conférence de presse. « Donc, tout ça, c’est gérable. On va bien sûr suivre l’évolution du virus. Avant d’être un enjeu économique, c’est un enjeu de santé publique. »

Le budget prévoit que la croissance du PIB de 2,8 % en 2019 sera suivie d’un gain de 2 % cette année, et de 1,5 % en 2021.

Et il ne s’agit pas du seul élément devant être pris en considération, dit-on.

Québec reconnaît aussi explicitement ne pas être à l’abri des tensions commerciales entre les États-Unis et le reste du monde (la Chine, l’Europe, etc.), puisque notre voisin du Sud reste notre plus grand partenaire d’affaires.

La pénurie de logements et la rareté grandissante de main-d’œuvre au Québec sont aussi une source d’inquiétude.

5. Un baume pour la culture québécoise

La culture occupe une nouvelle fois une place importante dans le budget Girard.

Un total de 456,9 millions sera dépensé d’ici cinq ans pour « promouvoir notre spécificité culturelle » — une bonification de 12,6 %.

L’argent servira à trois grands projets : décloisonner, créer et exporter la culture québécoise ; soutenir les organisations culturelles et les musées ; et promouvoir la langue française.

Cela s’ajoute aux 297 millions sur cinq ans annoncés l’an dernier, et aux 509 millions qui étaient prévus dans le dernier budget du gouvernement Couillard pour la mise en œuvre de la politique culturelle déposée en juin 2018.

6. De l’argent pour rénover les écoles

L’éducation reste une priorité pour le gouvernement Legault. Elle obtient d’ailleurs la part du lion des nouvelles sommes allouées au Plan québécois des infrastructures (PQI), avec 5,9 milliards de dollars qui serviront à l’agrandissement et à la construction d’écoles.

Les dépenses du ministère devraient d’ailleurs croître de 4,5 % en 2020-2021 (pour une somme supplémentaire de 260 millions de dollars).

Le gouvernement prévoit d’ajouter 350 nouvelles classes de maternelle 4 ans, pour porter leur nombre total à 1010. Une somme additionnelle de 550 millions sur cinq ans est également allouée à l’enseignement supérieur pour améliorer le taux de diplomation des étudiants et favoriser les programmes en génie et en informatique.

En ce qui a trait aux familles, le gouvernement prévoit la création de 2500 nouvelles places en garderie subventionnées.

7. La rareté de la main-d’œuvre

Le problème de la rareté de main-d’œuvre continue de donner des maux de tête au gouvernement Legault.

Le budget Girard prévoit 212 millions sur cinq ans pour l’« intégration et le maintien » des travailleurs au marché de l’emploi, dont 66 millions cette année. En conférence de presse, le ministre a rappelé que le gouvernement avait présenté l’an dernier un plan de cinq ans totalisant 1,7 milliard.

De nouvelles mesures d’appui saluées par le milieu des affaires, mais qui ne règlent pas la situation.

« Dans le secteur manufacturier seulement, il y a 19 000 postes vacants », a dit en entrevue la p.-d.g. de Manufacturiers et Exportateurs du Québec, Véronique Proulx.

Avec Marco Bélair-Cirino, Marie-Michèle Sioui, Mylène Crête, François Desjardins et Guillaume Bourgault-Côté.