Québec reverra les règles sur le dépôt des dossiers de parrainage

Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette

Refusant de porter le blâme pour le cafouillage des derniers jours, le ministre de l’Immigration révisera néanmoins le processus de dépôt des dossiers de parrainage de réfugiés et lèvera l’obligation de passer par un messager. Il n’écarte pas non plus la possibilité de revenir au tirage au sort ou de procéder par voie électronique.

« J’ai repris ce qui avait été fait par le Parti libéral la dernière fois, en 2018, mais je peux vous dire que la prochaine fois, ce ne sera pas par coursier », a dit le ministre Simon Jolin-Barrette lors d’un point de presse mardi matin.

« On a eu des propositions [de fonctionner] par loterie. Cela étant dit, [ce] n’est pas la panacée, mais c’est quelque chose qu’on va regarder », a-t-il dit. Il a manifesté quelques réserves à cet égard, alléguant que le gouvernement, et aussi le fédéral, l’avait essayé puis abandonné en raison de difficultés.

Pas de loterie

Pour la Table de concertation des organismes au service des réfugiés et des immigrants (TCRI), une « loterie de réfugiés » n’est absolument pas une bonne idée. « Cette idée me fait assez peur », a déclaré d’emblée Neal Santamaria, coordonnateur du volet parrainage collectif à la TCRI.

Sur le plan de l’éthique, il éprouve aussi un certain malaise. « On choisit les réfugiés qui viennent au Canada sur des critères de vulnérabilité. C’est comme si on leur disait qu’on va leur tirer une place, un peu comme s’ils gagnaient un prix, celui d’être sortis de leurs conditions précaires », a-t-il expliqué.

Soumettre un dossier par Internet pourrait être envisagé, pour peu que la transparence du processus soit garantie. M. Santamaria semble pour l’heure pencher pour un dépôt de dossiers dans des points de service régionaux, qui pourrait de surcroît servir de centres d’information et d’accompagnement pour le parrainage. « Beaucoup de parrains des régions nous ont appelés ici, à Montréal, car ils ne savaient pas vers qui se tourner pour avoir de l’information. »

 

 

Un manque d’humanité ?

Entaché de corruption et semé d’irrégularités, le processus de dépôt des dossiers de parrainage a été qualifié de « fiasco » par plusieurs. En raison du faible nombre de dossiers acceptés et du système « premier arrivé, premier servi », des personnes voulant parrainer des réfugiés ont commencé dès jeudi après-midi à faire la file, dehors, devant les bureaux du ministère de l’Immigration à Montréal pour être parmi les premiers à déposer leurs dossiers lundi matin. Le ministère a réagi vendredi en ouvrant ses portes pour permettre l’attente à l’intérieur, en toute sécurité.

Pressé de questions par les journalistes, le ministre s’est défendu d’avoir sous-estimé la situation et d’avoir manqué d’humanité. « Je dirais qu’au contraire, dès que j’ai été informé du fait que des gens allaient attendre à l’extérieur — ça n’avait pas d’allure, il faisait -20 °C —, j’ai ouvert les bureaux du ministère de l’Immigration et on a fourni un encadrement », a-t-il répondu.

Reconnaissant les ratés du processus, le premier ministre François Legault a pour sa part défendu son ministre de l’Immigration. « Simon Jolin-Barrette, c’est un des meilleurs ministres, c’est un des jeunes les plus prometteurs en politique. Il travaille beaucoup d’heures par semaine, mais il y a tellement de choses à corriger », a-t-il soutenu. Il a demandé un peu d’indulgence à l’endroit du ministère et de son équipe. « On ne peut pas changer 15 ans de mauvais fonctionnement en 15 mois. »

L’avocat en immigration Stéphane Handfield, qui n’a pas caché son intérêt à se lancer dans la course à la direction du Parti québécois, n’y est pas allé de main morte et a demandé un remaniement ministériel. « Simon Jolin-Barrette n’a plus la crédibilité nécessaire pour poursuivre dans ses fonctions », a-t-il lancé, en évoquant les décisions controversées, comme le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) et le test des valeurs. « Je trouve que ça fait beaucoup de cafouillages et d’erreurs. Il n’y a pas eu une modification législative, pas un projet mis sur la table pour lequel il n’a pas eu besoin de reculer. »

Pas de hausse des cibles

Pour les gens voulant parrainer des réfugiés, c’est la faible cible — 750 demandes sont acceptées — qui engendre tous les problèmes. Simon Jolin-Barrette reconnaît que parrainer des réfugiés est un « geste d’altruisme », mais il n’entend pas hausser les seuils.

« On ne peut pas répondre à toutes les demandes d’immigration, même en matière d’immigration économique, a déclaré le ministre Jolin-Barrette. La société québécoise a une capacité d’accueil qui doit être respectueuse de sa capacité d’intégration. »

Selon François Legault, les cibles d’accueil des réfugiés n’augmenteront pas en raison du « défi d’intégration ». « D’abord, la moitié des nouveaux arrivants ne parlent pas français et, deuxièmement, leur taux de chômage est le double du taux de chômage au Québec. »

Des places inoccupées

La cible de 750 dossiers de parrainage collectif n’a pas été atteinte lors de la réouverture du programme il y a un peu plus d’un an. Le ministère de l’Immigration a confirmé au Devoir que seulement 670 demandes de parrainage de réfugiés ont été reçues pour la période du 17 septembre 2018 au 1er février 2019. Des quotas pour garantir que des dossiers proviennent des régions n’ont pas été atteints, alors que 80 places n’ont pas été « prises » dans la catégorie des « organismes expérimentés à l’extérieur de Montréal ».

Neal Santamaria, coordonnateur du volet parrainage collectif à la Table de concertation des organismes au service des réfugiés et des immigrants (TCRI), déplore que ces places n’aient pas été redistribuées dans la catégorie des « groupes de 2 à 5 », qui n’a que 100 places, soit un nombre beaucoup trop faible selon lui. « C’est d’autant plus choquant d’apprendre qu’il y a eu 80 candidatures qui auraient pu être déposées dans une autre catégorie en 15 minutes ! a-t-il lancé. C’est quelque chose de facile. Pourquoi ça n’a pas été fait ? La question est légitime. »
1 commentaire
  • Pierre Grandchamp - Abonné 22 janvier 2020 06 h 40

    Pas rassurant:c'est ce ministre qui porte le dossier de la langue "Bonjour-hi!"

    « Simon Jolin-Barrette n’a plus la crédibilité nécessaire pour poursuivre dans ses fonctions », a-t-il lancé, en évoquant les décisions controversées, comme le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) et le test des valeurs. « Je trouve que ça fait beaucoup de cafouillages et d’erreurs. Il n’y a pas eu une modification législative, pas un projet mis sur la table pour lequel il n’a pas eu besoin de reculer. »

    Sa crédibilité en a pris un coup! "Amateurisme navrant", écrivait dans ces pages Michel David.

    La CAQ a fait des promesses farfelues en immigration; comme si le Québec était souverain. "pas un projet pour lequel il n'a pas dû reculer!