Québec offre des hausses salariales en deçà de l’inflation à ses fonctionnaires

En 2015, les syndicats avaient formé un front commun pour négocier avec l’État, ce qui n’est pas le cas cette année. Jeudi, le Conseil du trésor a présenté une première mouture de son offre salariale, proposition rapidement critiquée par les syndicats.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir En 2015, les syndicats avaient formé un front commun pour négocier avec l’État, ce qui n’est pas le cas cette année. Jeudi, le Conseil du trésor a présenté une première mouture de son offre salariale, proposition rapidement critiquée par les syndicats.

Contrairement à ce qu’avait indiqué le premier ministre François Legault, les augmentations de salaires des quelque 550 000 employés des secteurs public et parapublic n’atteignent pas l’inflation dans l’offre rendue publique jeudi par le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Ce dernier leur offre en tout 7 % sur cinq ans et ajoute un montant forfaitaire de 1000 $ pour les employés au dernier échelon salarial. Une approche « responsable » et « raisonnable », selon le ministre Dubé. « Il faut regarder premièrement qu’on est dans un dépôt, on commence. »

Le Trésor s’est par contre gardé une marge de manœuvre pour les offres bonifiées promises aux enseignants et aux préposés aux bénéficiaires, qui, si elle devait être répartie entre tous les employés de l’État, ferait passer la hausse de 7 % à 9 %.

Cela fait dire à M. Dubé que son offre globale frôle le taux d’inflation, qui est estimé à 10,2 % entre 2020-2021 et 2024-2025. « En ce moment, même au dépôt, on répond à notre objectif d’être à l’inflation et d’avoir une mesure différenciée pour les catégories qu’on a décidé de privilégier en santé et en éducation », a-t-il ajouté.

Les employés de l’État recevront une hausse salariale annuelle de 1,75 % au cours des deux premières années, de 1,5 % la troisième année et de 1 % pour les deux dernières années. M. Dubé crée trois forums de discussion pour la négociation des offres différenciées : le premier sur la réussite éducative, le deuxième sur l’hébergement et les soins à domicile et le troisième sur la santé de tous les salariés, où il sera question d’absentéisme.

« C’est tout à fait normal qu’au début, on ne mette pas ce montant-là sur la table parce qu’on est capables de discuter avec eux comment on va faire pour trouver la façon de faire une offre différenciée », a-t-il expliqué, en soulignant que les conventions collectives posaient un défi à cet égard. « Ce n’est pas juste un forum de discussion, c’est un forum de discussion où on va vouloir convenir de mesures financières qui vont se traduire sur les échelles [salariales] des personnes », a précisé la négociatrice en chef du gouvernement, Me Édith Lapointe.

Le ministre invite les syndicats à faire tout de suite leur deuil du rattrapage salarial souhaité, eux qui espéraient profiter de la bonne tenue financière du gouvernement. « Vous comprendrez qu’acquiescer aux demandes syndicales actuelles, qui représentent à terme une augmentation moyenne récurrente de 28 % sur trois ans, mettrait en péril la situation financière du Québec, non seulement à court et moyen terme, mais hypothéquerait également la capacité de payer des prochaines générations », s’est défendu Christian Dubé. Chaque hausse salariale de 1 % équivaut à une augmentation récurrente de 400 millions de dollars des dépenses de l’État, a-t-il fait valoir.

Une offre « méprisante »

« C’est une insulte ! » a lancé Sonia Éthier, la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). Mme Éthier a ajouté que le gouvernement « mettait le feu aux poudres », mais la CSQ n’est pas prête à recourir à des moyens de pression pour l’instant, tout comme les autres centrales d’ailleurs.

Du côté des infirmières, on parlait carrément d’une offre « méprisante », voire d’une « claque au visage ». La Fédération interprofessionnelle de la Santé (FIQ) est d’autant plus choquée qu’elle n’a pas été invitée à participer au forum sur l’hébergement et les soins à domicile, comme les préposés aux bénéficiaires. « On nous écarte », a dénoncé sa présidente, Nancy Bédard, aux côtés de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux du Québec, qui représente notamment des travailleurs sociaux, des psychologues et des nutritionnistes.

L’un après l’autre, les syndicats ont souligné qu’une hausse inférieure aux taux d’inflation avait nécessairement pour effet d’appauvrir ses membres. « Les tarifs d’Hydro-Québec sont indexés et on annonce que le coût du panier d’épicerie va augmenter de 6 à 8 % », a souligné la vice-présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Caroline Senneville.

La CSN, qui représente la majorité des préposés aux bénéficiaires du réseau public, a toutefois concédé que ses membres s’en tiraient mieux, mais sans plus. « Les préposés ne sont pas contents et les autres le sont encore moins », a dit la présidente du syndicat.

Un peu moins virulent que les autres, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Daniel Boyer, a dit que l’offre était « insuffisante », mais relevé que c’était « mieux que ce qu’on avait connu dans les précédentes négociations ».

Quant aux employés du gouvernement, ils ont brandi la menace d’un « exode » des fonctionnaires. « On a des surplus et il faudrait encore qu’on se serre la ceinture », s’est indigné Christian Daigle du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec. Enfin, les professionnels du gouvernement ont qualifié les offres de « plus qu’insultantes ». En soutenant seulement les préposés et les professionnels, le gouvernement cherche à se faire « du capital politique » parce que ce sont les métiers les plus « visibles », a déploré la présidente du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec, Line Lamarre.

Les forces en présence

Confédération des syndicats nationaux : 150 000 membres

Centrale des syndicats du Québec : 125 000

Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec : 76 000

Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux  : 55 000

Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec : 55 000

Fédération autonome de l’enseignement : 45 000

Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec : 40 000

Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec : 28 000

3 commentaires
  • Steeve Gagnon - Abonné 12 décembre 2019 22 h 44

    7%

    1,75 + 1,75 + 1,5 + 1 + 1 = 7 et non 9%

  • Mario Jodoin - Abonné 13 décembre 2019 01 h 09

    Capital politique

    «le gouvernement cherche à se faire « du capital politique » parce que ce sont les métiers les plus « visibles ».

    Cette phrase est celle qui résume le mieux cette offre, que je souhaite initiale. D'ailleurs, le ministre évite bien de mentionner l'étude récente de l'Institut de la statistique du Québec qui montre que le retard des salaires dans le secteur public du Québec s'accentue. Un autre exemple du peu d'intérêt de ce gouvernement pour les faits et la science.

  • Sylvain Fortin - Abonné 13 décembre 2019 19 h 17

    François Legault le répétait souvent en campagne électorale : « Avec mon gouvernement les Québécois auront plus d'argent dans leurs poches ». Sauf qu'il n'a jamais précisé de quels Québécois il parlait.