Legault déplore les «lourdes peines» infligées aux dirigeants indépendantistes catalans

François Legault a lancé un «appel à la négociation pacifique du différend» entre les indépendantistes catalans et Madrid.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne François Legault a lancé un «appel à la négociation pacifique du différend» entre les indépendantistes catalans et Madrid.

Le premier ministre québécois, François Legault, a déploré mardi les « lourdes peines » d’emprisonnement infligées par la justice espagnole « à des politiciens catalans élus démocratiquement ». Il devra toutefois joindre le geste à la parole, ont prévenu le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS). Le Parti libéral (PLQ) a plutôt jugé que la réaction du premier ministre était inappropriée.

La Catalogne a été le théâtre mardi d’une deuxième journée de manifestations menant parfois à des accrochages entre les indépendantistes et les forces de l’ordre.

« L’intimidation institutionnelle et la violence ne sont pas des solutions », a déclaré M. Legault par voie de communiqué en réaction aux peines exemplaires de 9 à 13 ans de prison imposées aux élus catalans pour leur rôle dans le référendum du 1er octobre 2017. Il a lancé un « appel à la négociation pacifique du différend » entre les indépendantistes catalans et Madrid. « La nation québécoise entretient des relations amicales avec l’Espagne et la Catalogne et nous souhaitons de tout coeur une solution négociée et juste », a-t-il poursuivi.

La ministre des Relations internationales, Nadine Girault, a rappelé « la volonté du Québec de ne pas s’ingérer dans les affaires internes de l’Espagne », tout en n’étant pas indifférent. Le Québec a sa propre représentation diplomatique à Barcelone, capitale de la Catalogne, depuis 1999. « Nous sommes inquiets pour la suite et nous espérons que la violence sera évitée, a écrit la ministre. Nous favorisons un dénouement pacifique. »

« Ça nous rappelle Franco »

De nombreux manifestants sont descendus dans les rues lundi après la décision coup-de-poing de la Cour suprême d’Espagne. Des milliers d’entre eux ont bloqué les accès de l’aéroport de Barcelone en réponse à l’appel de l’organisation Tsunami démocratique.

« J’ai peine à croire qu’on est en 2019 en Espagne. Ça nous rappelle Franco », a déclaré le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, lors d’une entrevue accordée au Devoir, en comparant la répression des indépendantistes catalans à la dictature de Francisco Franco qui s’est terminée à la fin des années 1970.

Il avait demandé au premier ministre Legault la veille « de dénoncer le déni de démocratie » en Espagne. « Je suis heureux qu’il l’ait fait aujourd’hui, a-t-il affirmé. Je crois toutefois qu’il faudra ajouter une motion unanime de l’Assemblée nationale qui réaffirme le droit à l’autodétermination des peuples, qui condamne la répression et qui déplore que des indépendantistes soient condamnés à des peines de prison pour avoir seulement consulté leur peuple quant à leur avenir. »

Québec solidaire compte également présenter une motion à l’Assemblée nationale la semaine prochaine avec plus de mordant que la déclaration du premier ministre. « On ne peut pas juste évoquer le fait qu’on veut respecter la souveraineté interne et qu’on ne se mêlera pas trop des affaires », a fait valoir le député solidaire Alexandre Leduc.

La co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé avait témoigné par vidéoconférence en avril lors du procès de Jordi Cuixart, le dirigeant d’une organisation indépendantiste civile dont la peine de prison de neuf ans pour sédition est jugée particulièrement injuste par les manifestants. « C’est à peu près l’équivalent de la Société Saint-Jean-Baptiste et des OUI Québec, a expliqué M. Leduc. Il n’y a absolument aucune raison pour [que] ces gens-là soient criminalisés. » Mme Massé n’était pas disponible mardi pour émettre des commentaires.

Le jupon de l’ex-péquiste dépasse un peu là-dessus. La sagesse veut qu’on ne s’ingère pas dans les affaires de l’Espagne.

La députée libérale Paule Robitaille estime, pour sa part, que le premier ministre Legault aurait dû se placer « au-dessus de la mêlée ». « Le jupon de l’ex-péquiste dépasse un peu là-dessus, a-t-elle critiqué. La sagesse veut qu’on ne s’ingère pas dans les affaires de l’Espagne. » Elle a rappelé qu’il s’agissait « d’un pays souverain, d’un État démocratique, d’un État de droit ».

Avec l'Agence France-Presse