Sébastien Proulx pourrait se porter candidat à la chefferie du PLQ

Les ex-ministres Sébastien Proulx et Gaétan Barrette ont laissé entendre qu'ils pourraient tenter leur chance dans la course à la direction du PLQ.
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir Les ex-ministres Sébastien Proulx et Gaétan Barrette ont laissé entendre qu'ils pourraient tenter leur chance dans la course à la direction du PLQ.

Sébastien Proulx pourrait être candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec pour porter la voix des nationalistes durant la course.

« Une vraie course, c’est une course où tous les courants de pensée sont représentés », a-t-il fait valoir en marge du conseil général du PLQ dimanche. « Si ce n’est pas moi, il faut que quelqu’un le représente dans cette course », a ajouté l’élu de 44 ans, tout en se décrivant comme « plus nationaliste que certains ».

L’unique candidat libéral élu à l’est de la région de Montréal le 1er octobre dernier prône une plus grande affirmation du Québec ― de « son histoire », de « sa culture », de « sa langue » ― dans la fédération canadienne. « Je ne crois pas que la laïcité, c’est le seul volet du nationalisme qu’il faut proposer », a-t-il précisé aux médias au lendemain d’un débat interne sur l’interdiction de signes religieux chez les employés de l’État. « Les gens savent d’où je viens. Les gens connaissent mon appétit, mon goût, mon intérêt à défendre ce qu’est le Québec et de reconnecter avec cette majorité francophone pas dans une connexion rationnelle, mais dans une relation interpersonnelle, vraiment où il y a de l’intérêt, de la passion, du cœur pas juste des mots comme si c’était un service public. Le Parti libéral du Québec, ce n’est pas qu’un service public », a poursuivi l’ex-membre de l’Action démocratique du Québec (ADQ).

M. Proulx dit avoir été invité par plusieurs militants à reconsidérer sa décision de ne pas briguer la direction du PLQ samedi. « Les gens ont réitéré cet appétit beaucoup [samedi] : ça m’a beaucoup touché », a-t-il mentionné dans une mêlée de presse dimanche.

Le leader parlementaire de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale a accepté d’y réfléchir. « Il y a une petite voix qui me dit que je me dois de poser cette question-là. […] Je ne débute pas une nouvelle réflexion aujourd’hui, mais je vais quand même me poser la question : qu’est-ce qui est bon pour ma famille, qu’est-ce qui est bon pour moi, qu’est-ce qui est bon pour le Parti libéral du Québec ? » a expliqué l’ex-ministre de l’Éducation.

Dominique Anglade et Marwah Rizqy devraient quant à elles officialiser leur candidature prochainement.

De son côté, Gaétan Barrette a insisté sur la nécessité de mettre à jour la position du PLQ sur la laïcité de l’État.

Il a réagi aux propos tenus samedi par Antoine Dionne-Charest durant un débat sur le port de signes religieux dans la fonction publique. « Les libertés individuelles, ce n’est pas négociable. Ça fait partie de notre ADN », avait insisté M. Dionne-Charest samedi. « Quand on dit que c’est dans notre ADN, je [rétorque] de faire attention avec cette métaphore. L’ADN, c’est quelque chose d’évolutif. Quand on n’évolue pas, la nature nous réserve de moins bonnes surprises », a lancé l’ex-ministre de la Santé dimanche matin.