Ce que vous pensez du projet de loi sur la laïcité

Le projet de loi sur la laïcité du gouvernement Legault promet de replonger le Québec dans un débat enflammé sur le port de signes religieux. 
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le projet de loi sur la laïcité du gouvernement Legault promet de replonger le Québec dans un débat enflammé sur le port de signes religieux. 

Le projet de loi sur la laïcité a replongé le Québec dans un débat enflammé sur le port de signes religieux. Nous avons invité nos lecteurs à nous dire ce qu’ils en pensent. Résultat ? Des points de vue bien arrêtés et des opinions divisées.

Plusieurs ont accueilli avec enthousiasme un projet de loi qu’ils jugent nécessaire pour mettre un terme au débat.

« Le gouvernement fait très bien de “régler le débat” en utilisant la clause nonobstant [disposition de dérogation] […], n’en déplaise aux multiculturalistes de ce monde qui luttent contre la laïcité de l’État. » — Julien Valois-Francoeur

« Je suis athée et, bien que j’aurais aimé que le projet de loi aille plus loin, je dois féliciter le gouvernement pour les choix judicieux et les compromis qu’il a faits pour réunir le plus de citoyens possible. » — Réal Boivin

« En tant qu’enseignante, [je trouve que] la liberté intellectuelle des élèves est la valeur qui devrait primer tout le reste. » — Caroline Côté

« La foi n’étant pas une question d’apparence, je ne crois pas que le simple fait de retirer un symbole religieux (ou de le cacher sous ses vêtements) prive qui que ce soit de sa liberté de conscience. » — Mylène Nobert-Nadeau

Un projet de loi inopportun?

À l’opposé, de nombreux lecteurs ont fait valoir que le gouvernement Legault tente de régler un problème inexistant, qu’il cible injustement certaines minorités ou qu’il s’y prend tout simplement de la mauvaise façon.

« Je suis enseignant et je me demande bien comment le gouvernement pourra différencier un collègue portant un signe religieux d’un collègue portant un morceau de vêtement. Qui établira ce qu’est ou n’est pas un signe religieux ? […] Ce projet de loi va être un cauchemar d’application en plus d’être une fausse solution à un faux problème. » — Maxime Vinet-Béland

 

« C’est un projet divisif, qui trouble la paix sociale, qui attise la haine et qui cible des personnes dont certaines sont parmi les plus vulnérables de notre société. » — Patrick Lemay

« Un état laïque n’impose pas ses valeurs aux citoyens, même pas la valeur d’une non-religiosité, mais plutôt assure la liberté religieuse et/ou non religieuse pour tous et toutes. Le compromis Bouchard-Taylor est acceptable, mais pas la loi proposée par la CAQ. » — Stephan Wagner, aumônier depuis 12 ans

« L’impact, c’est que je songe à quitter cette province. J’y suis née, mais je n’ai peut-être plus l’intention d’y terminer mes jours. L’ambiance est devenue toxique. » — Helen Essertaize

76 commentaires
  • Alain Ayotte - Abonné 28 mars 2019 11 h 49

    Laicité

    Enfin on enlève le crucifix de l'Assemblé Nationale

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 mars 2019 11 h 58

      En effet, c'est le premier pas vers la laïcité symbolique de l'État et vers la défense de notre identité actuelle (puisque la protection de notre identité collective serait le premier but de cette loi). C'est sans doute beaucoup plus important que l'interdiction d'accessoires vestimentaires associés à une religion.

    • Nadia Alexan - Abonnée 28 mars 2019 13 h 10

      Je félicite le gouvernement Legault d'avoir finalement eu le courage de légiférer en matière de la laïcité de l'État, telle qu'envisager les Pères de la Révolution tranquille. La loi ne va pas assez loin, surtout en ce qui concerne les garderies et les écoles privées, mais c'est un commencement.
      C'est important de souligner que nous avant fait beaucoup de compromis, justement pour accommoder les religions: nous avant séculariser nos écoles, nous avons enlevé le crucifix de nos salles de cours et de l'Assemblée nationale, nous nous sommes débarrassés des cours de catéchisme et nous nous sommes débarrassé des soeurs et des frères au sein de nos écoles.
      C'est le tour des intégristes religieux de faire leur part de compromis. Les signes religieux ne constituent pas une obligation religieuse. La majorité des croyants rejettent les signes religieux ostentatoires qui ne sont rien d'autre qu'une publicité politique ambulatoire.
      L'interdiction des signes religieux dans la fonction publique ne nuit pas à la liberté de conscience qui ne se limite pas aux «chiffons» vestimentaires.

  • Michel Lebel - Abonné 28 mars 2019 12 h 01

    La suspension des libertés

    Le 28 mars 2019, voilà un jour bien triste pour l'État de droit. Si adopté, ce projet de loi suspendra des libertés fondamentales. Ce projet de loi est inutile, le compromis dit Bouchard-Taylor aurait suffi, et même lui n'était pas indispensable. Je m'attends à ce que ce projet de loi ait des effets nocifs sur le vivre-ensemble québécois. Oui! C'est un jour triste.

    Michel Lebel

    • Cyril Dionne - Abonné 28 mars 2019 13 h 04

      Vous pouvez toujours déménager en Ontario. Là-bas, ils aiment tellement les religions et les francophones. Je vous suggère le Sud-ouest de l'Ontario.

    • Louise Melançon - Abonnée 28 mars 2019 13 h 52

      Pour quelqu'un qui voit tout par la lunette du droit, c'est un jour triste....? Mais le gouvernement doit prendre une décision d'ordre politique qui demande un équilibre entre les droits individuels et les droits collectifs... Pour moi, c'est un projet tout à fait moderne, qui permet l'égalité de tous devant l'État. La laîcité n'empêche pas les femmes et les hommes de notre société d'appartenir à une religion, d'avoir des lieux de culte, etc. La loi met certaines limites à l'expression par des signes référant à une religion, dans certaines fonctions qui représentent l'État.

    • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 28 mars 2019 13 h 56

      Les droits individuels doivent être contrebalancés par les droits collectifs... dont fait partie la neutralité religieuse de l'État, ce qui implique la laïcité des institutions étatiques. C'est un bon compromis à première vue (car je n'ai pas lui le projet de loi)

    • André Joyal - Inscrit 28 mars 2019 16 h 39

      M.Lebel ; Si ce jour en est triste pour vous, vous deviez être 10 fois plus triste, j'imagine, lorsque que PET a décrété la loi des mesures de guerre en en profitant pour incarcérer 451 innocents sans aucune forme de procès. Si je me rappelle bien, le PLC n'a pas été élu en faisant une telle promesse contrairement à ce qu'à fait la CAQ (pour qui je n'ai pas voté).

    • Jean-Henry Noël - Abonné 28 mars 2019 18 h 42

      Une démocratie qui nie sa propre Charte des droits et libertés pour brimer des droits enchâssés dans la Charte des droits et libertés devient une autocratie. Nietzsche disait : Dieu est mort. Je dis : la démocratie est morte au Québec.

    • Michel Lebel - Abonné 28 mars 2019 19 h 02

      @ Cyril Dionne,

      Bien désolé de vous décevoir! Je ne compte pas déménager en Ontario! Mes racines sont au Québec depuis fort longtemps.

      M.L.

  • gaston bergeron - Abonné 28 mars 2019 12 h 04

    Laïcité

    Enfin, fi de toutes ces croyances d'un autre âge sur la scène publique!

    • Cyril Dionne - Abonné 28 mars 2019 13 h 13

      Oui, enfin et ce n'est que la première étape. Bientôt, ce sera les autres endroits comme les CPE qui seront visés. Nous sommes bien en 2019 et on n’a plus besoin de se mettre à quatre pattes pour adorer un dieu sortit tout droit de l'imagination de l'homme. Je me demande si la femme aurait fait de même à travers les siècles? Je ne le crois pas. Le créationnisme est une histoire patriarcale d'où l'insistance dans les textes supposément sacrés datant de l'âge de bronze qui renouvèlent sans cesse cette platitude..

      Enfin, il n'y pas si longtemps, les humains croyaient que le soleil était un dieu. Disons poliment qu'ils s'étaient trompés. C’est « ben » pour dire.

    • Christian Roy - Abonné 28 mars 2019 22 h 09

      @ M. Dionne,

      Votre biais antireligieux vous empêche probablement de considérer la part d'exactitude sur laquelle s'appuyaient nos ancêtres communs pour considérer le soleil comme un dieu.

      Le soleil n'est-il pas source de vie sur notre planète ? À titre de scientifique, vous êtes bien placé pour en parler.

      Nos ancêtres ne faisaient donc pas erreur en associant dieu et le soleil. Ils en faisaient l'expérience jusque dans leur moëlle. Dieu était une expérience vitale. Rien "d'imaginaire".

      J'aimerais rendre hommage à la sagesse universelle de l'humanité.

      À bon entendeur, salut !

  • Gilles Charette - Abonné 28 mars 2019 12 h 05

    Loi sur la Laïcité

    Entièrement d'accord avec le retrait du crucifix partout car il me rappèle le régime de peur qu'on nous a infligé à suivre, notamment le devoir d'obéissance de la femme envers son époux, (aboli au Canada en 1964) l'interdiction de toute méthode contraceptive à l'exception de l'abstinence, et la menace de brûler en enfer pour l'éternité si on dérogeait aux règlements de morale, écrits il y a plus de 2000 ans par des hommes en manque d'autorité. Par contre, on ne doit pas dire aux gens comment s'habiller, peut importe si le vêtement nous choque. Le faire, c'est de tomber dans l'excès semblable au catholicisme qui nous interdisait toute dérogation à ses règles.

    La neutralité de l'État signifie qu'aucune religion n'est reconnue. Parfait. Mais l'individu doit être libre de s'habiller comme il (elle) le veut bien
    La neutralité de l'Était signifie aussi que nous devons retirer l'exemption d'impôt à toutes les religions.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 28 mars 2019 20 h 06

      "Mais l'individu doit être libre de s'habiller comme il (elle) le veut bien." - Gilles Charette

      Je suis d'accord avec vous en principe, mais la question est de savoir si une tenue adoptée pour se conformer aux préceptes d'une religion relève de la liberté de l'individu. À mon avis, la réponse est non.

      Et il est là le problème. De toute manière, la loi qui est proposée n'empêche personne de se vêtir comme il (elle) le veut dans la vie de tous les jours. Il ne fait que prescrire une tenue neutre pour certains postes névralgiques dans la fonction publique et parapublique. À mon avis, ici il n'y a pas de quoi fouetter un chat et prétendre le contraire me semble relever de la plus pure mauvaise foi (sans mauvais jeu de mots).

      Si l’État se révèle incapable d’imposer un règlement aussi anodin du fait de l’indignation outrée des bien-pensants de tout acabit, la religion deviendra bien vite le seul maître à bord et le règne des curés pourra commencer.

  • Réal Boivin - Abonné 28 mars 2019 12 h 21

    Bravo au gouvernement de la CAQ

    Je suis athée et bien que j'aurais aimé que le projet de loi aille plus loin, je dois félicité le gouvernement pour les choix judicieux et les compromis qu'il a fait pour réunir le plus de citoyen possible. Il est certain que plusieurs personnes auront à redire sur cette loi étant donné la diversité humaine qui compose notre société. Les lobbys religieux intégristes et les polititiens communautaristes n'hésiteront pas à hurler à la discrination comme ils le font depui des années à propos de tout et de rien. Les élites médiatiques et politiques du ROC auront une autre raison pour vomir leur venin sur le Québec, mais ça on s'en fou.

    Et enfin le crucifix de l'assemblée nationale sera décroché.